Le Saint Coran

Français Arabe
< Sourate précédenteIndex du CoranSourate suivante >

Au nom de Dieu, le Miséricordieux, le Clément.


1. Alif. Lâm. Râ. Voici un Livre dont les versets ont été arrêtés, puis exposés, venant d'un Sage, instruit de tout.

2. " N'adorez que Dieu ! Envoyé par Lui, je suis pour vous un avertisseur et un porteur de bonne nouvelle.

3. Demandez pardon à votre Seigneur, puis revenez vers Lui. Il vous fera jouir d'une belle part jusqu'à un terme fixé. Il accorde Sa grâce à quiconque est apte à la recevoir. Si vous vous détournez, je crains pour vous le châtiment d'un grand Jour.

4. A Dieu vous retournerez ; Il est puissant sur toute chose ".

5. N'est-ce pas pour se cacher de Lui qu'ils replient leurs cœurs sur eux-mêmes ? Mais lorsqu'ils se couvrent de leurs vêtements, Dieu sait fort bien ce qu'ils cachent comme ce qu'ils extériorisent ! Certes, Il connaît le tréfonds des cœurs.

6. Il n'y a sur terre aucun être vivant dont la subsistance n'incombe pas à Dieu. Il connaît son gîte et son repaire : tout est consigné dans un Livre clair.

7. C'est Lui qui a créé les cieux et la terre en six jours - Son Trône était sur l'eau - afin de vous éprouver, pour voir lequel d'entre vous agit le mieux. Si tu dis : " Vous serez certainement ressuscités après votre mort ", les mécréants diront : " Ce n'est là que pure magie ! "

8. Si Nous retardons pour eux le châtiment jusqu'à une génération déterminée, ils diront : " Qu'est-ce qui le retient ? " Mais le jour où il surviendra, personne ne le détournera d'eux et ce dont ils se moquaient les enveloppera de toutes parts.

9. Si Nous faisons goûter à l'homme une miséricorde venue de Nous, et qu'ensuite Nous la lui retirons, le voici désespéré et ingrat.

10. Lui faisons-Nous goûter un bonheur après que le malheur l'a touché, il dit : " Les maux s'en sont allés de moi ! ", et le voici joyeux et outrecuidant.

11. Il n'en va pas ainsi de ceux qui sont patients et font le bien : ceux-là obtiennent un pardon et une grande récompense.

12. Peut-être délaisses-tu une partie de ce qui t'a été révélé et ton cœur se serre-t-il à les entendre dire : " Que n'a-t-on fait descendre sur lui un trésor ! " ou bien : " Si seulement un ange l'avait accompagné ! " Tu n'es qu'un avertisseur, et Dieu a la garde de toute chose.

13. Au cas où ils diraient : " Cela, il l'a forgé ! ", dis leur : " Apportez donc dix sourates semblables à ceci, forgées par vous, et implorez qui vous pourrez en dehors de Dieu, si vous êtes véridiques !

14. S'ils (ces faux dieux) ne vous répondent pas, sachez qu'en vérité ceci est descendu de par la Science de Dieu et qu'il n'y a de dieu que Lui. Lui serez-vous soumis ? "

15. Ceux qui désirent la vie de ce monde et ses attraits, Nous rétribuons équitablement leurs actions ici-bas et ils ne sont pas lésés.

16. Ce sont ceux-là qui, dans la vie future, n'auront que le Feu pour partage. Ce qu'ils auront accompli en ce monde restera stérile, et vaines seront leurs œuvres.

17. Peut-il rester dans le doute celui qui a reçu une preuve manifeste de son Seigneur, communiquée par un témoin venant de Dieu, alors même qu'auparavant le Livre de Moïse était déjà un guide et une miséricorde ? Ceux-là croient au message. Quant à ceux qui, parmi les factions, refusent d'y croire, ils se rencontreront dans le Feu. Ne mets pas en doute cette révélation. Elle est la Vérité venant de ton Seigneur, mais la plupart des hommes ne croient pas.

18. Qui est plus inique que celui qui forge un mensonge contre Dieu ? Ceux-là devront comparaître devant leur Seigneur, et les témoins diront : " Voilà ceux qui ont menti contre leur Seigneur ". La malédiction de Dieu ne tombera-t-elle pas sur les iniques,

19. ceux qui détournent les hommes du chemin de Dieu et voudraient le rendre tortueux, qui nient l'existence de la vie future ?

20. Ceux-là n'auront pas échappé à la Puissance de Dieu sur la terre, et ils n'auront pas trouvé de protecteurs en dehors de Dieu. Pour eux, le châtiment sera doublé. Ils ne pouvaient pas entendre et ils ne voyaient rien.

21. Ceux-là se seront perdus eux-mêmes et ce qu'ils avaient forgé les aura abandonnés.

22. Sans nul doute, ils seront les plus grands perdants dans la vie future.

23. Certes, ceux qui croient, qui font le bien et qui s'humilient devant leur Seigneur, ceux-là seront les hôtes du Paradis où ils demeureront à jamais.

24. Les deux groupes d'hommes sont comme l'aveugle et le sourd comparés à celui qui voit et à celui qui entend : sont-ils égaux et semblables ? Ne réfléchissez-vous pas ?

25. Nous avons envoyé Noé vers son peuple : " Je suis pour vous un avertisseur explicite

26. pour que vous n'adoriez que Dieu. Je crains pour vous le châtiment d'un Jour douloureux ".

27. Les notables de son peuple, qui mécroyaient, dirent : " Nous ne voyons en toi qu'un mortel semblable à nous. Nous ne voyons que les plus méprisables d'entre nous qui t'aient suivi au premier coup d'œil. Nous ne voyons en vous rien qui vous donne l'avantage sur nous. Nous vous considérons au contraire comme des menteurs ".

28. " O mon peuple ! dit Noé, qu'en pensez-vous ? Si je m'appuie sur une preuve évidente venue de mon Seigneur et s'Il m'a gratifié d'une miséricorde qui vous est occultée, pensez-vous que nous puissions vous l'imposer contre votre gré ?

29. O mon peuple ! Je ne vous demande en échange aucune richesse. Ma récompense n'incombe qu'à Dieu. Je ne peux repousser ceux qui croient - certes, ils rencontreront leur Seigneur -, mais je vois que vous êtes un peuple d'ignorants.

30. O mon peuple ! Qui donc me secourrait contre Dieu si je les repoussais ? Ne réfléchissez-vous pas ?

31. Je ne vous dis pas que je détiens les trésors de Dieu. Je ne possède pas la connaissance du Mystère. Je ne dis pas que je suis un ange. Je ne dis pas de ceux que vos yeux méprisent : " Dieu ne leur accordera aucun bien ! " Dieu sait mieux ce qui est dans leurs âmes ; si je parlais ainsi, je ferais partie des iniques ".

32. Ils dirent : " O Noé ! Tu as déjà disputé avec nous et tu as multiplié nos controverses. Fais donc venir ce dont tu nous menaces, si tu es véridique ".

33. Il dit : " Dieu seul vous le fera venir, s'Il le veut. Vous ne saurez échapper à Sa puissance.

34. Si je voulais vous donner un conseil, il ne vous servirait à rien dès lors que Dieu voudrait vous égarer. Il est votre Seigneur et à Lui vous serez ramenés ".

35. S'ils disent : " Il l'a forgé ", dis : " Si je l'ai forgé, que mon crime retombe sur moi ! Moi, je suis innocent de ce que vous commettez ".

36. Il fut révélé à Noé : " Nul parmi ton peuple ne croit, sauf ceux qui croyaient déjà. Ne te tourmente donc pas à cause de leurs actions passées.

37. Construis le vaisseau sous nos yeux et d'après Notre révélation. Et ne me parle pas en faveur des iniques : ils vont être noyés ".

38. Il se mit à construire le vaisseau, et chaque fois que des notables de son peuple passaient près de lui, ils se moquaient de lui. Il dit : " Si vous vous moquez de nous, nous nous moquerons de vous tout comme vous le faites !

39. Bientôt, vous saurez qui va être frappé d'un châtiment ignominieux, sur qui s'abattra un châtiment perpétuel ".

40. Lorsque vint Notre ordre et que le four se mit à déborder, Nous dîmes : " Charge sur le vaisseau un couple de chaque espèce et aussi ta famille - à l'exception de celui contre qui un arrêt a déjà été prononcé -, ainsi que les croyants ". Mais ceux qui partageaient la foi de Noé étaient peu nombreux.

41. Il dit : " Montez sur le vaisseau, au nom de Dieu qui le fera voguer et arriver à bon port. " En vérité, mon Seigneur est pardonneur, clément !

42. Et voici le vaisseau voguant avec eux au milieu de vagues semblables à des montagnes. Noé appela son fils, resté en un lieu écarté : " O mon fils, monte avec nous, ne reste pas avec les mécréants ! "

43. Celui-ci répondit : " Je vais me réfugier sur une montagne qui me mettra à l'abri de l'eau ". Noé dit : " Nul, aujourd'hui, ne sera abrité contre l'ordre de Dieu, sauf celui à qui Il aura fait miséricorde ". Les vagues déferlèrent entre eux et il fut parmi les noyés.

44. Il fut dit : " O terre, absorbe ton eau ! O ciel, dégage-toi ! " Les eaux se retirèrent, l'ordre s'accomplit et le vaisseau se posa sur le [Mont] Joudî. Il fut dit : " Loin d'ici les iniques ! "

45. Noé appela alors son Seigneur disant : " Mon Seigneur ! Mon fils fait bien partie de ma famille, Ta promesse est sûrement Vérité et Tu es le plus sage des juges ! ".

46. Il répondit : " O Noé ! Celui-là n'appartient pas à ta famille. Il a commis des vilenies. Ne me sollicite donc pas pour quelque chose dont tu n'as aucune connaissance. Je t'admoneste afin que tu ne sois pas du nombre des ignorants ".

47. Noé dit : " Mon Seigneur ! Préserve-moi de te solliciter pour quelque chose que j'ignore. Si Tu ne me pardonnes pas, si Tu ne me fais pas miséricorde, je compterai parmi les perdants ! "

48. Il fut dit : " O Noé ! Descends avec Notre salut et Nos bénédictions sur toi et sur les nations issues de ceux qui sont avec toi. Il y a des nations auxquelles Nous accorderons une jouissance éphémère, mais que Nous frapperons ensuite d'un châtiment douloureux.

49. Ce sont là des récits mystérieux que Nous te révélons alors que ni toi, ni ton peuple ne les connaissaient auparavant. Sois patient ! Certes, l'heureuse fin attend ceux qui craignent Dieu ".

50. Aux 'Ad, Nous avons envoyé leur frère Houd. Celui-ci leur dit : " O mon peuple ! Adorez Dieu ! Il n'y a pour vous d'autre dieu que Lui ! Vous n'êtes que des affabulateurs !

51. O mon peuple ! Je ne vous demande pour cela aucune rétribution. Ma rétribution n'incombe qu'à Celui qui m'a créé. Ne raisonnez-vous pas ?

52. O mon peuple ! Demandez pardon à votre Seigneur, puis revenez vers Lui. Il vous enverra du ciel une pluie abondante et Il augmentera encore votre force. Ne vous détournez pas [de Lui] en vous rendant coupables ".

53. Ils dirent : " O Houd ! Tu ne nous as pas apporté une preuve évidente, et nous n'abandonnerons pas nos divinités sur ta parole. Nous ne croyons pas en toi.

54. Nous disons simplement qu'une de nos divinités t'a frappé d'un mal ". Il dit : " Assurément, je prends Dieu à témoin, et vous aussi soyez témoins que je suis innocent de ce que vous Lui associez.

55. Usez de stratagèmes envers moi, tous autant que vous êtes, et ne me laissez pas de répit.

56. Je m'en remets à Dieu, mon Seigneur et le vôtre. Il n'existe aucun être vivant qu'Il ne saisisse par son toupet. Certes, mon Seigneur est sur une voie droite.

57. Si vous vous détournez, du moins vous aurai-je délivré ce avec quoi j'ai été envoyé vers vous, et mon Seigneur vous remplacera par un autre peuple sans que vous Lui nuisiez en quoi que ce soit. Mon Seigneur, en vérité, veille sur toute chose ".

58. Lorsque vint Notre Ordre, Nous sauvâmes Houd et ceux qui, avec lui, croyaient, par une miséricorde venue de Nous, et Nous les délivrâmes d'un lourd châtiment.

59. Ces 'Ad refusèrent les signes de leur Seigneur, ils désobéirent à Ses envoyés et obéirent aux ordres de chaque tyran rebelle.

60. La malédiction les a poursuivis en ce monde et au Jour de la Résurrection. Les 'Ad n'ont-ils pas nié leur Seigneur ? Que soient donc éloignés les 'Ad, peuple de Houd !

61. Aux Thamoud Nous envoyâmes leur frère Câlih. Il dit : " O mon peuple ! Adorez Dieu ! Vous n'avez d'autre dieu que Lui. Il vous a produits de la terre et Il vous y a établis. Demandez-Lui pardon, puis revenez à Lui. Mon Seigneur est proche et Il exauce ".

62. Ils dirent : " O Câlih ! Tu étais, auparavant, un espoir pour nous. Veux-tu nous interdire d'adorer ce que nos pères adoraient ? Nous sommes très perplexes au sujet de ce à quoi tu nous exhortes ".

63. " O mon peuple ! dit-il, songez-y ! Si je m'appuie sur une preuve évidente venue de mon Seigneur et s'Il m'a donné un gage de Sa miséricorde, qui donc pourrait me secourir contre Dieu au cas où je Lui désobéirais ? Vous ne feriez alors qu'accroître ma perte.

64. O mon peuple ! Voici la chamelle de Dieu ! Elle est un signe pour vous. Laissez-la donc paître sur la terre de Dieu et ne lui faites aucun mal ; sinon un châtiment vous saisira promptement ".

65. Ils lui tranchèrent alors les jarrets et Câlih de s'écrier : " Profitez de votre demeure durant trois jours ; et ce n'est pas là une promesse mensongère ! "

66. Lorsque vint Notre ordre, Nous sauvâmes de l'opprobre de ce jour, par un effet de Notre Miséricorde, Câlih et ceux qui avaient cru avec lui. Ton Seigneur est le Fort, le Puissant.

67. Le cri saisit les fauteurs d'iniquité et, le matin suivant, ils gisaient dans leurs demeures

68. comme s'ils n'y avaient jamais habité. Les Thamoud n'ont-ils pas nié leur Seigneur ? Que soient donc éloignés les Thamoud !

69. Nos envoyés vinrent trouver Abraham avec la bonne nouvelle. Ils dirent : " Salut ! " ; il répondit : " Salut ! " et ne fut pas long à apporter un veau rôti.

70. Mais lorsqu'il vit que leurs mains ne le touchaient pas, il en conçut vis à vis d'eux du déplaisir et de la frayeur. Ils lui dirent : " N'aies crainte ! Nous sommes envoyés au peuple de Loth ".

71. La femme d'Abraham, qui se tenait debout, se mit à rire. C'est alors que Nous lui annonçâmes la bonne nouvelle [de la naissance] d'Isaac et, après Isaac, de celle de Jacob.

72. Elle dit : " Pauvre de moi ! Comment enfanterais-je alors que je suis vieille et que celuici, mon mari, est un vieillard ? Ce serait une chose bien étonnante ! "

73. Ils dirent : " T'étonnes-tu de l'ordre de Dieu ? Que la miséricorde de Dieu et Ses bénédictions soient sur vous, O gens de cette maison ! Dieu est digne d'être loué, digne d'être glorifié ! ".

74. Lorsque Abraham fut rassuré, et que la bonne nouvelle lui fut parvenue, il argumenta avec Nous en faveur du peuple de Loth.

75. Abraham était charitable, humble et repentant.

76. " O Abraham, abandonne ce sujet ! L'arrêt de ton Seigneur est déjà pris, et un châtiment les atteindra irrévocablement ".

77. Lorsque Nos envoyés arrivèrent auprès de Loth, celui-ci s'en affligea car son bras était trop faible pour les protéger. Il dit : " Cela va être un jour pénible ! "

78. Les gens de son peuple accoururent vers lui, ceux-là même qui avaient déjà commis des turpitudes. Il leur dit : " O mon peuple ! Voici mes filles ! Elles seraient plus pures pour vous ! Craignez Dieu et ne m'outragez pas dans mes hôtes ! N'y a-t-il pas parmi vous un seul homme droit ? "

79. " Tu sais parfaitement que n'avons rien à voir avec tes filles, et tu sais bien ce que nous voulons ! "

80. Il dit : " Que n'ai-je la force de m'opposer à vous, ou que ne puis-je trouver un solide appui ! "

81. Nos envoyés dirent : " O Loth ! Nous sommes les envoyés de ton Seigneur ; ces gens ne parviendront pas à t'atteindre. Voyage avec ta famille durant une partie de la nuit. Que nul d'entre vous ne se retourne, à l'exception de ta femme. Quant à elle, ce qui frappera les autres la frappera elle aussi. Cela surviendra à l'aube ; et l'aube n'est-elle pas proche ? "

82. Lorsque vint Notre ordre, Nous renversâmes la cité de fond en comble et fîmes pleuvoir sur elle, une par une, des pierres d'argile

83. marquées du sceau de ton Seigneur et toujours prêtes à frapper les iniques.

84. Aux gens de Madian, Nous avons envoyé leur frère Chu'aïb. Il dit : " O mon peuple ! Adorez Dieu ! Il n'y a pour vous d'autre dieu que Lui ! Ne diminuez pas la mesure et le poids. Certes, je vous vois dans la prospérité, mais je crains pour vous le châtiment d'un Jour qui enveloppera tout.

85. O mon peuple ! Donnez la bonne mesure et le juste poids. Ne fraudez pas les hommes dans leurs avoirs et ne répandez pas les crimes et la corruption.

86. Ce qui demeure auprès de Dieu est meilleur pour vous, si vous êtes croyants. Quant à moi, je ne suis pas votre gardien ".

87. Ils dirent : " O Chu'aïb, ta façon de prier t'ordonne-t-elle que nous abandonnions ce que nos pères adoraient, ou que nous ne fassions plus ce que nous voulons de nos richesses ? Pourtant, tu es bienveillant et droit ".

88. Il dit : " O mon peuple ! Ne voyez-vous pas que je m'appuie sur une preuve évidente reçue de mon Seigneur et que, de Sa part, m'est échue une belle attribution. Je ne cherche pas à vous contrarier en vous défendant quelque chose ; je ne veux que vous amender autant que je le puis, et mon succès ne dépend que de Dieu. Je m'en remets à Lui et c'est vers Lui que je me tourne.

89. O mon peuple ! Puisse ma séparation d'avec vous ne pas vous rendre coupables au point d'attirer sur vous des maux pareils à ceux qui ont frappé le peuple de Noé, ou le peuple de Houd, ou le peuple de Câlih ! Et aussi le peuple de Loth, qui n'est pas très éloigné de vous !

90. Demandez pardon à votre Seigneur, puis revenez à Lui repentants. Certes, mon Seigneur est clément, aimant ".

91. Ils dirent : " O Chu'aïb ! Nous ne comprenons pas grand'chose à ce que tu dis. Nous voyons que tu n'as guère de prestige parmi nous, et si ce n'était par égard pour ton clan, nous t'aurions certainement lapidé. De fait, tu ne possèdes aucun pouvoir contre nous ! "

92. Il dit : " O mon peuple ! Mon clan serait-il à vos yeux plus puissant que Dieu, au point que vous Le reléguiez derrière vous en Lui tournant le dos ? En vérité, mon Seigneur embrasse de Sa science tout ce que vous faites.

93. O mon peuple ! Agissez selon vos possibilités, j'agirai aussi ! Bientôt vous saurez sur qui tombera un châtiment ignominieux, et qui est menteur. Veillez donc ; je veillerai avec vous ".

94. Lorsque vint Notre ordre, Nous sauvâmes par un effet de Notre miséricorde Chu'aïb et les croyants qui étaient avec lui. Le cri saisit ceux qui avaient été iniques et, le matin suivant, ils gisaient dans leurs demeures

95. comme s'ils n'y avaient jamais habité et prospéré. Que soient donc éloignés les Madianites comme ont été éloignés les Thamoud !

96. Nous avons envoyé Moïse, nanti de Nos signes et d'une autorité patente,

97. à Pharaon et à ses notables. Mais ceux-ci ont suivi l'ordre de Pharaon, bien que l'ordre de Pharaon ne soit pas juste.

98. Le Jour de la Résurrection, il marchera en tête de son peuple et il le conduira au Feu comme à un abreuvoir ; mais quel détestable abreuvoir !

99. Une malédiction les poursuit ici-bas comme au Jour de la Résurrection. Quel détestable présent les attend !

100. Ce sont là des récits que Nous te rapportons au sujet des cités, dont certaines sont encore debout tandis que d'autres ont été moissonnées.

101. Nous ne les avons pas lésées, mais elles se sont fait tort à elles-mêmes. Les divinités qu'elles invoquaient en dehors de Dieu ne leur ont servi à rien lorsque l'ordre de ton Seigneur est arrivé ; elles n'ont fait qu'accroître leur ruine.

102. Telle est la frappe de ton Seigneur lorsqu'Il frappe les cités impies. Certes, Sa frappe est douloureuse, sévère.

103. Il y a vraiment là un signe pour qui craint le châtiment de la vie future. Ce sera un Jour où les hommes seront responsables, ce sera un Jour dont chacun sera témoin.

104. Nous ne le retarderons que jusqu'à un terme fixé d'avance.

105. Le Jour viendra où nulle âme ne parlera, sinon avec la permission de Dieu. Il y aura des réprouvés et des bienheureux :

106. les réprouvés seront dans le Feu, où retentiront des soupirs et des sanglots ;

107. ils y demeureront à jamais, tant que dureront les cieux et la terre, à moins que ton Seigneur ne le veuille autrement ; ton Seigneur, certes, fait ce qu'Il veut.

108. Quant aux bienheureux, ils seront au Paradis où ils demeureront à jamais, tant que dureront les cieux et la terre, à moins que ton Seigneur ne le veuille autrement. C'est un don jamais interrompu.

109. Ne sois pas dans l'incertitude au sujet de ce qu'ils adorent ; ils n'adorent que de la manière dont leurs pères adoraient auparavant. Nous ne manquerons pas de leur donner leur part, sans en rien retrancher.

110. Nous avons donné à Moïse le Livre, mais celui-ci a suscité des différends. Si une Parole de ton Seigneur n'était pas déjà intervenue auparavant, un jugement eût été prononcé entre eux ; mais ils demeurent dans un profond embarras au sujet de ce Livre.

111. Ton Seigneur donnera certainement à tous l'exacte rétribution de leurs œuvres. Il est parfaitement informé de ce qu'ils font.

112. Tiens-toi dans la rectitude, comme tu en as reçu l'ordre, ainsi que ceux qui, avec toi, sont retournés à Lui. Ne vous révoltez pas ! Dieu voit parfaitement ce que vous faites.

113. Ne vous appuyez pas sur les iniques, car le Feu vous atteindrait. Vous n'avez pas d'autres protecteurs que Dieu et vous n'obtiendrez aucun secours par la suite.

114. Accomplis la prière aux deux extrémités du jour et à plusieurs reprises durant la nuit. Certes, les bonnes actions chassent les mauvaises. C'est là un rappel pour ceux qui savent se souvenir.

115. Persévère, car Dieu ne laisse pas perdre la récompense de ceux qui font le bien.

116. Parmi les générations qui vous ont précédés, les hommes assez vertueux pour réprouver la corruption sur la terre et que Nous avons sauvés n'ont été que peu nombreux. Les iniques ont préféré suivre leur penchant pour la vie facile et ils se sont rendus coupables.

117. Ce n'est pas ton Seigneur qui va détruire injustement les cités dont les habitants s'amendent.

118. Si ton Seigneur l'avait voulu, Il aurait fait des hommes une seule nation. Or, ils ne cessent de se dresser les uns contre les autres,

119. à l'exception de ceux auxquels ton Seigneur a fait miséricorde. C'est à cette fin qu'Il les a créés. La Parole de ton Seigneur s'accomplit : " Je remplirai certainement la Géhenne de djinns et d'hommes rassemblés ".

120. Tout ce que Nous te relatons à propos des envoyés est destiné à affermir ton cœur. Par là t'est parvenue la Vérité, ainsi qu'une exhortation et un rappel à l'adresse des croyants.

121. Dis à ceux qui ne croient pas : " Agissez selon vos possibilités ; certes, nous agissons aussi !

122. Attendez ; certes, nous attendons aussi ! "

123. A Dieu appartient le Mystère des cieux et de la terre. A Lui revient l'ordre de toute chose. Adore-Le donc et remets-toi entièrement à Lui. Ton Seigneur n'est pas indifférent à ce que vous faites.


Parole de Dieu révélée à Sayyidina Muhammad, paix et prière soit sur lui, et traduite en français par Jean-Louis Michon. Publié avec l'autorisation AlTafsir.com