Ailleurs sur Âme Horizon

Créatures invisibles et dimension Adamite

La dimension Adamite est centrale dans l'équilibre de l'univers. Au-delà de la simple question terrestre de la vie humaine, elle conditionne aussi l'harmonie des mondes visibles...


Commentaires (3)

Nouveau commentaire

de yamina hana Vendredi 20 novembre 2015 à 08h28

Salam Aleykoum wa baraka Allah fikoum

Je vous remercie pour vos deux video sur ce sujet très intéressant.Merci de nous faire prendre conscience de la portée de nos paroles et de nos gestes dans notre quotidienneté.
Que dire d'une personne qui est sans cesse confronté à des pensées négatives et dépréciatives d'elle-même? Elle fait son dhikr, cela lui passe mais dès qu'elle cesse et est contrainte de rester seule, elle est de nouveau envahie par ces pensées qui l'allourdisent et la tirent vers le bas.
Djazakoum Allah kheyr. Continuez, nous avons besoin de toutes ces lumières. Salam

de Karimc Vendredi 20 novembre 2015 à 19h57
Salam aleykoum,

Tout d'abord la prise de conscience est une étape positive dans le cheminement.
Dans le cas d'une personne qui est sans cesse confrontée à des pensées négatives et dépréciatives, il faut qu'elle fasse tout d'abord une introspection. Voir si dans son passé elle n'a pas été rabaissée, ou humiliée surtout pendant la jeunesse. Elle doit réellement prendre conscience qu'elle détient en elle justement des lumières divines et qu'elle a été honoré par Dieu quelque soit ce qu'elle pense.
Dieu dit dans la sourate 17 verset 70

Nous avons honoré les fils d'Adam, Nous les avons portés sur la terre ferme et sur la mer, Nous leur avons dispensé d'excellentes nourritures, Nous leur avons accordé une place privilégiée par rapport à beaucoup d'êtres que Nous avons créés.

Chaque personne a un dépôt dans sa poitrine, et dispose d'un secret, insoupçonnable.
Il faut se rendre compte que même si nous avons nos faiblesses et nos défaut Dieu nous a donné l'immense privilège d'être ses représentants sur terre. Ainsi l'on se doit de ne pas désespérer et se déprécier mais au contraire mener un combat spirituel interne pour effacer ses défauts. Se déprécier entraîne un cercle vicieux qui ne nous permets pas d'effacer nos défauts et de s'élever mais au contraire il y a une complaisance dans cette souffrance.

L'être humain n'est pas fait pour vivre seul ou isolé mais en société, donc cette personne se doit de rester le plus souvent en compagnie de personne la tirant vers le haut. Le dhikr seul ne peut pas être aussi efficace qu'un dhikr accompagné d'actes. Dans le cas de la personne, dans un premier temps il faut tout d'abord une prise de conscience de la valeur qu'elle a auprès de Dieu, cette prise de conscience doit être suivie dans le cas d'une personne musulmane de la lecture quotidienne du coran, et de l'évocation de Dieu ainsi que d'une bonne compagnie. Pourquoi ne pas par exemple se réunir avec un groupe d'ami(e) et mettre en place des choses positives comme de l'aide aux devoirs pour les jeunes, des visites de personnes malade, ou d'autre œuvres caritatives et citoyennes.

S'il y a d'autres questions n'hésitez pas à demander l'équipe se fera un plaisir de vous répondre

de Rémy Savin Samedi 21 novembre 2015 à 00h00
Salam alaykoum.

Dans la continuité du propos de Karim, il est fort intéressant que vous ayez pointé une difficulté majeure à laquelle sont confrontés bon nombre d'intinérants : celle de l'isolement.

L'isolement peut être de plusieurs natures : matériel, géographique, ou encore spirituel, et c'est bien souvent là le problème. Le cheminement vers Dieu, qui est une part importante du dépot adamite, implique pour le fidèle d'avoir des compagnons de route, et un enseignant à même d'accompagner le fidèle dans sa vie spirituelle, et un bagage de Foi et de Connaissance qui se constitue peu à peu.


Vous évoquez le dhikr, qui est un élément moteur du cheminement. Le dhikr est quelque chose de vivant, puisqu'il a vocation à "prendre vie" dans le coeur du fidèle, et chaque fidèle est une terre différente qui fait pousser différents types de graines. Aussi, le dhikr est une science qui ne s'improvise pas.

Comme l'a bien expliqué Karim, la Foi, pour qu'elle soit vivante, doit se traduire en actes, en projets tournés vers l'avenir, et doit être alimentée de nourriture spirituelle. Il y a le dhikr, et aussi d'autres outils spirituels qui se transmettent et se partagent depuis des siècles et des siècles.

Pour aborder des points plus intimes, vous pouvez nous écrire en privé en cliquant sur l'onglet "poser une question", dans le menu à droite.

Fi amanillâh ^^

Salam.