Le chapelet, symbole de l'effort spirituel

Publié le 30/03/2014 par Jean-François Lacourt (Soufisme, Dhikr, Spiritualité & Cheminement)

La Révélation délivre à l’humanité un certain nombre de prescriptions et de recommandations que le fidèle sincère s’attache à respecter dans la plus grande sérénité. Parmi ces prescriptions, il y a le licite, l’illicite et un certain nombre d’actes de piété et de dévotion dont l’application stricte est dénombrée et codifiée. Ainsi, le croyant s’acquitte  entre autre, de cinq prières canoniques par jour et d’un mois de jeûne durant l’année.

Il existe une autre dévotion qui elle n’est pas dénombrée et dont le Livre Sacré nous invite à investir abondamment : le « dhikr » qui désigne le rappel, le souvenir de Dieu.

 

 « Puis quand la Prière est achevée, dispersez-vous sur la terre, et recherchez [quelque effet] de la grâce d'Allah, et invoquez beaucoup Allah (wa dhkouroullâha kathiran) afin que vous réussissiez. » Sourate 62 verset 10

 

Le Livre Saint nous dit également:

 

 « Et invoque le nom de ton Seigneur, matin et après-midi; et prosterne-toi devant Lui une partie de la nuit ; et glorifie-Le de longues [heures] pendant la nuit. » Sourate 76 versets 25 et 26

 

Le Rappel de la Vérité est donc un prolongement de la prière qui s'inscrit dans le quotidien du croyant, en complément de la démarche strictement externe du fait religieux. Il s'agit même d’un élément central de la vie spirituelle, comme le souligne le verset suivant :

 

« Et invoque ton Seigneur en toi-même, en  humilité et crainte, à mi-voix, le matin et le soir, et ne sois pas du nombre des insouciants. » Sourate 7 verset 205

 

Se souvenir de Dieu peut prendre plusieurs formes ; cela peut être une supplication envers Lui, la mention de Ses Messagers, la répétition de Ses Noms et Attributs, réciter le Coran ou tout simplement une bonne action ; et quiconque médite sur la grandeur et la majesté de Dieu fait partie de ceux qui se souviennent.

Cependant, si certaines invocations ne nécessitent pas l’usage d’un outil de comptage, pour d’autres, l'utilisation du chapelet relève de l’évidence. Ainsi, le Prophète a dit, paix et prières soient sur lui :

 

 « Quiconque dit 70000 fois : ''Pas de divinité si ce n’est Dieu'' (lâ ilâha illa Allâh), Dieu interdit qu’il aille en enfer. ».

 

Il est difficile, pour ne pas dire impossible, de procéder à un aussi grand nombre de répétitions sans outil, au risque de se tromper ou de se distraire. Les Sages de l’Islam ont alors développé des instruments de comptage comme cela s’est fait dans toutes les traditions du monde. On rapporte ainsi que le compagnon Abû Hureyra, que Dieu soit satisfait de lui, avait pour chapelet un fil composé de 1000 nœuds qu’il utilisait chaque jour. D’autres comptaient avec des noyaux de dattes, ou des petits cailloux ; en pratique, peu importe l'outil de comptage mais un chapelet a l'avantage d’être facile à utiliser et de ne pas prendre  de place.

A partir de là se sont développées toutes sortes de sciences et de sagesses autour du Rappel, de la méditation et de l’invocation de Dieu. La Révélation, par exemple, recommande la chose suivante :

 

« C'est à Allah qu'appartiennent les noms les plus beaux. Invoquez-Le par ces noms et laissez ceux qui profanent Ses noms : ils seront rétribués pour ce qu'ils ont fait. » Sourate 7 verset 180

 

Les héritiers de la Sagesse ont eu, de fait, la responsabilité de développer une science sacrée et spirituelle articulée autour de l’invocation des Noms de Dieu, dans une vocation de développer une proximité avec le Seigneur. Finalement, si le chapelet symbolise à lui seul l’effort spirituel, le voir, le manipuler, le toucher, constituent à eux seuls, pour l’itinérant qui chemine, un Rappel, et un souvenir de la Vérité de Dieu.

Référence:

Ibn 'ata' Allah Al-Iskandari : La clef de la réalisation spirituelle et l'illumination des âmes.


Ailleurs sur Âme Horizon


Commentaires (0)

Nouveau commentaire