Le soufisme, coeur de la Foi

Publié le 20/05/2014 par Rémy Savin (Soufisme, Spiritualité & Cheminement)

Voici ce qu’enseigne la tradition prophétique, d’après le compagnon Omar, que Dieu soit satisfait de lui :

 « Un jour, alors que nous étions assis auprès du Messager de Dieu, paix et prières sur lui, un homme aux vêtements très blancs et aux cheveux très noirs apparut. On ne voyait pas sur lui les traces du voyage et nul parmi nous ne le connaissait. Il s'assit devant le prophète, mit ses genoux contre les siens, posa ses mains sur ses cuisses, puis dit :

 "Ô Mohammad ! Informe-moi sur al-Islâm (la soumission la religion de Dieu) ! ".

Le Messager de Dieu répondit : "Al-Islâm est que tu attestes qu'il n'y a de dieu que Dieu et que Mohammad est le Messager de Dieu, que tu accomplisses la prière, donne l'aumône légale, jeûne le mois de Ramadan et que tu fasses le pèlerinage à la Demeure si tu peux y arriver ".

 "Tu as dit vrai ", dit l'homme. Ce qui nous étonna : il l'interrogeait, puis le confirmait.  Il dit ensuite :  "Informe-moi donc sur al-Imân (la foi) ".

 Le prophète, paix et prières sur lui, répondit :

" C'est de croire en Dieu, en Ses anges, en Ses livres, en Ses prophètes, au Jour dernier, et de croire dans le destin imparti pour le bien et le mal ".

 " Tu as dit vrai ", dit l'homme, qui ajouta : " Informe-moi alors sur al-Ihsân (l'excellence) ! "

 " C'est adorer Dieu comme si tu le voyais. Or, si tu ne le vois pas, Lui te voit ".

 " Renseigne-moi sur l'Heure ! " reprit l'homme.

 " Celui qui est interrogé sur celle-ci n'en sait pas plus sur celui qui interroge ". 

 " Alors renseigne-moi sur les signes avant-coureurs ".

 " Lorsque la servante engendrera sa maîtresse et lorsque tu verras les pâtres miséreux pieds nus et mal vêtus rivaliser dans l’édification de construction élevées ".

 Puis l'homme s'en alla. Après un moment, le Prophète, paix et prières sur lui, me dit :

" Omar ! Sais-tu qui posait les questions ? "

" Dieu et son Envoyé le savent plus ".

" C'est l’ange Gabriel ! Il est venu vous enseigner votre religion ". »

 (Rapporté par l’imam Mouslim)

 

Cette tradition prophétique définit trois degrés dans la manière d’investir la religion : al-Islâm, al-Imân, et al-Ihsân. Elle rappelle les principes généraux de la relation de l’Homme à Dieu par l’intermédiaire de la Révélation.

Le premier degré, al-Islâm, désigne la soumission à Dieu, à Sa Vérité, et à Ses prescriptions, qu’Il soit loué et glorifié. C’est le fait d’accepter, par le cœur et par les actes, de pratiquer la religion de Dieu et de mettre en application ses préceptes, comme dans le verset: " Obéissez donc à Dieu ! Obéissez au Messager ! Prenez garde ! Mais si vous vous détournez du Seigneur, sachez que Notre Messager n'a d'autre mission que de vous transmettre clairement le Message" (s5v92). Ce degré est celui des bases fondamentales qui résident chez tous les fidèles, ainsi que le cadre terrestre favorable à la cohésion sociale et à l’épanouissement spirituel.

Au regard de la Foi, cependant, ce degré est insuffisant pour celui qui veut investir pleinement son rapport au Divin : « Les nomades affirment : “ Nous croyons en Dieu ! “ Dis-leur : “ Vous n'avez pas encore la Foi ! Dites plutôt : 'Nous nous sommes seulement soumis', car la Foi n'a pas encore pénétré dans vos cœurs. Mais si vous obéissez à Dieu et à Son Prophète, Il ne vous lésera en rien dans vos œuvres, car Dieu est Clément et Miséricordieux“. Les vrais croyants sont ceux qui ont foi en Dieu et en Son Prophète, sans plus jamais connaître de doute, et qui mettent leurs biens et leurs personnes au service de Dieu. Tels sont les croyants sincères » (s49v14-15). Il y a donc un mouvement intérieur, un cheminement nécessaire auquel la Révélation invite.

Le second degré, al-Imâne, désigne justement la Foi et tous les mouvements qui l’accompagnent. Plus simplement, ce degré est celui de la spiritualité et du cheminement intérieur. Il se rapporte à toutes les sciences de la purification de l’âme et du cœur, et toutes celles qui visent à parfaire sa Foi et ses actes, comme dans les versets suivants : « Les vrais croyants sont ceux dont les cœurs frémissent quand le Nom de Dieu est évoqué, ceux dont la Foi augmente quand Ses versets leur sont récités et qui, en tout, s'en remettent à Lui, ceux qui sont assidus à la Prière et qui donnent en aumône une partie des biens que Nous leur avons accordés. Les voilà, les véritables croyants auxquels une place de choix auprès de leur Seigneur sera réservée, ainsi qu'une rémission et une généreuse récompense ! » (s8v2-4).

Le troisième degré, al-Ihsân, désigne l’excellence dans la Foi, la Certitude en Dieu, et l’expérience mystique qui accompagne cette réalisation intérieure, à travers laquelle l’itinérant voit et vit la Vérité de Dieu en toute chose et en chaque instant, de manière plus étendue et plus profonde que celle décrite dans le degré précédent : « En vérité, il y a dans les Cieux et la Terre des signes pour ceux qui ont la Foi. Votre propre création et la multiplicité des espèces animales constituent aussi des signes pour ceux qui croient avec Certitude. L'alternance de la nuit et du jour, les pluies bienfaisantes que Dieu fait descendre du ciel pour faire revivre la terre après sa mort, ainsi que la variation des vents sont autant de preuves pour des gens qui raisonnent. » (s45v3-5). Il y a là une proximité entre la créature et le Créateur voulue par Dieu : « Dieu ! Il n'est de divinité que Lui ! C'est à Lui que les croyants doivent se confier ! » (s64v13). Cette relation mystique ainsi établie avec Dieu est pour le croyant une libération de l’âme : « Cherchez du réconfort dans la patience et la Prière ! Sans doute la Prière est une lourde tâche, mais pas pour les humbles, qui savent qu'ils sont appelés à rencontrer leur Seigneur et que leur retour vers Lui est inéluctable. » (s2v45-46). Cette proximité est aussi l’occasion de saveurs spirituelles particulières et riches en Sagesse de la Vérité : « Alif - Lâm - Mîm. Voici les versets du Livre plein de Sagesse, qui constitue un guide et une bénédiction pour ceux qui font le bien, qui observent la Prière, s'acquittent de l’aumône légale et croient avec Certitude à la vie future. Ceux-là sont sur la bonne voie, de par la volonté de leur Seigneur. Ceux-là sont sur la voie du bonheur. » (s31v1-5).

Il y a donc deux sciences, deux vêtements qui habillent le fidèle sincère et désireux de réaliser sa Foi. L’un est celui de la pudeur, de l’externe, des comportements sociaux, des prescriptions légales, de tout ce qui concerne la vie terrestre matérielle, et l’exotérisme en général. L’autre est celui de la piété. Il régit les cœurs et les âmes, et tout ce qui a trait au cheminement spirituel, à la réalisation, à la mystique, à la purification intérieure, à la relation au Divin, et aux savoirs ésotériques. Les deux vêtements ne peuvent exister l’un sans l’autre, et si le premier est visible et essentiel, le deuxième est plus valeureux et demande plus d’efforts : « Ô fils d'Adam ! Nous vous avons dotés de vêtements pour couvrir votre nudité, ainsi que de parures. Mais le meilleur vêtement est la crainte révérencielle du Seigneur ! C'est là un des signes de Dieu. Peut-être s'en souviendront-ils ! »  (s7v26).

Il y a donc deux catégories du savoir, l’un concerne l’exotérisme, et l’autre, l’ésotérisme.

 

Citons quelques exemples de sciences exotériques :

La jurisprudence : « Dieu a permis la vente et a interdit l'usure » (s2v275).

La science du hadith (traditions prophétiques) : « Vous avez, dans le Messager de Dieu, un si bel exemple pour celui qui espère en Dieu et au Jugement dernier, et qui évoque souvent le Nom du Seigneur. » (s33v21)

Le commentaire coranique : « C'est Lui qui t'a révélé le Livre contenant des versets à la fois clairs et précis, qui en constituent la base même, ainsi que d'autres versets susceptibles d'être différemment interprétés. Et c'est à ces derniers versets que les sceptiques, avides de discorde, prêtent des interprétations tendancieuses, alors que nul autre que Dieu n'en connaît la signification exacte. Quant aux vrais initiés, ils se contentent de dire : “ Nous croyons en ce Livre, car tout ce qu'il renferme vient de notre Seigneur.“ Ainsi, seuls sont enclins à méditer ceux qui sont doués d'intelligence » (s3v7)

La psalmodie coranique : « Et récite le Coran avec soin. » (s73v4)

La langue arabe : « Un Livre aux versets détaillés, un Coran en langue arabe pour des êtres doués d'entendement. »(s41v3)

Citons maintenant quelques exemples de sciences spirituelles et ésotériques :

La discipline intérieure : « Garde-toi de suivre tes penchants, si tu veux rester dans la Voie du Seigneur, car ceux qui dévient de la Voie du Seigneur subiront de terribles châtiments pour avoir oublié le Jour du Jugement. » (s38v26)

La pratique de la méditation par la Vérité de Dieu : « Invoque le Nom de ton Seigneur à l'aube et au crépuscule ! » (s76v25)

La purification de l’âme : « En vérité, l'homme qui purifie son âme sera sauvé » (s91v9)

La lucidité intérieure : « Que ne parcourent-ils la Terre pour acquérir des cœurs aptes à comprendre et des oreilles aptes à entendre? En vérité, ce ne sont pas les yeux qui se trouvent atteints de cécité, mais ce sont les cœurs qui battent dans les poitrines qui s'aveuglent. » (s22v46)

L’interprétation des rêves : « Seigneur ! Tu m'as donné une parcelle d'autorité et Tu m'as appris à interpréter les songes. Créateur des Cieux et de la Terre, Tu es mon Maître dans ce monde et dans l'autre. Fais que je meure en état de soumission totale à Ta volonté, et permets-moi de rejoindre le camp des vertueux ! » (s12v101)

Le soin spirituel : « Ce Coran que Nous révélons et qui apporte aux croyants guérison et miséricorde ne fait, en réalité, qu'aggraver la ruine des injustes. » (s17v82)

Les degrés de l’âme : « Et il y a des degrés pour chacun, selon ce qu'ils ont fait, afin que Dieu leur attribue la pleine récompense de leurs œuvres; et ils ne seront point lésés. » (s46v19)

La Sagesse : « C'est ainsi que Nous vous avons envoyé un Prophète choisi parmi vous, qui vous récite Nos versets, vous purifie, vous apprend le Livre et la Sagesse et vous enseigne ce que vous ignoriez. »  (s2v151)

La théurgie : « Seigneur ! Ne fais pas dévier nos cœurs, après nous avoir mis dans le droit chemin ! Étends sur nous Ta grâce, car Tu es le Dispensateur de toutes les grâces ! » (s3v8)

La mystique : « Nous avons créé l'homme et Nous connaissons les plus intimes secrets de son âme, car Nous sommes plus près de lui que sa veine jugulaire. » (s50v16)

 

Le soufisme est un terme générique qui désigne le corpus regroupant les sciences intérieures, spirituelles, mystiques, de la religion de Dieu, mais aussi la manière dont il est transmis, enseigné, et vécu. Il est en ce sens la finalité et l’objectif de la religion de Dieu. Comme toutes les sciences religieuses, qu’elles soient exotériques ou ésotériques, le soufisme se transmet de maître à élève par chaîne de transmission et filiation : « Demandez donc aux érudits du Livre, si vous ne savez pas. » (s21v7). À la différence des sciences de l’externe, celles de l’interne nécessitent en plus de l’effort intellectuel un mouvement du cœur et de l’âme encadré par l’enseignant, ce qui fait du soufisme une discipline exigeante qui demande patience et sincérité.

 

Gloire à Dieu, le Très Haut !


Ailleurs sur Âme Horizon

Dhikr et cheminement

Le dhikr est le fait de se souvenir de Dieu, avec le cœur, des paroles, des pensées ou des actes. On le traduit souvent par « souvenir/rappel...


Commentaires (1)

Nouveau commentaire

de yoyo Vendredi 23 mai 2014 à 09h41

Salut Rémy, très joli article, accessible même pour des personnes comme moi lol. Et pas trop long. Niquel. Bises