Extérioriser sa confiance en Dieu

Publié le 03/02/2015 par Rémy Savin ()

 

Question :

As Salam Aleykoum.

Est-il permis d'extérioriser sa confiance en Dieu afin d’expliquer à autrui le dénouement heureux d'une épreuve vécue grâce à la Foi en Dieu, afin de rappeler, dans certaines circonstances, à des frères ou à des sœurs, qu’on peut surmonter toutes les difficultés en s’en remettant à Dieu, le Très Haut ?

Que Dieu vous aide à nous éclairer.

Amine.

As Salam.

 

Réponse :

As-Salam `alaykoum.

Au Nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.

Oui ! C’est un acte parmi les plus nobles et un rappel important de Sa Vérité, loué soit-Il : « […] Et quiconque craint Dieu, Dieu lui assurera une issue favorable et lui accordera des bienfaits d'une provenance inattendue. Car Dieu suffit à quiconque s'en remet à Lui. Dieu fait que Son ordre s'accomplit toujours. Dieu a fixé un décret pour chaque chose.  » (s65 v2-3).

C’est également un rappel de Sa prescription divine à l’humanité : « C'est Toi que nous adorons, et c'est de Toi que nous implorons le secours. » (s1 v5). Et le Prophète a dit, paix et prières soient sur lui « Celui qui soulage un croyant d'une peine parmi les peines de la vie d'ici-bas, Dieu va le soulager d'une peine parmi les peines de l'au-delà. » (rapporté par Muslim).

Faire cela est même fortement recommandé lorsqu’il il s’agit de déclencher un réveil mobilisateur dans la Foi et de redonner courage et patience à ceux qui sont éprouvés et qui perdent confiance en Dieu, ou qui oublient de tourner leur cœur vers Lui, exalté soit-Il, durant l’épreuve.

Cependant, ce genre de rappel et de soutien moral implique de respecter quelques règles pour que les ténèbres ne viennent pas souiller les bonnes intentions et ralentir l’élan de solidarité fraternel qui en découle.

Il convient en premier lieu que le propos ne fasse pas pencher son locuteur vers l’orgueil ou l’ostentation. Le Prophète, paix et prières sur lui, a dit :

« Certes ce dont j'ai le plus peur pour vous est le polythéisme mineur ».
Les compagnons ont dit: « Qu'est-ce que le polythéisme mineur ? ».
Le Prophète, paix et prières sur lui, a répondu: « C'est l'ostentation, le jour du jugement lorsque Dieu va juger les gens, il va dire à celui qui pratique cela : « Partez vers ceux pour qui vous faisiez de l'ostentation dans la vie d'ici-bas et voyez si vous trouvez une récompense auprès d'eux » ».

(rapporté par Ahmad).

Il convient aussi que le rappel ne soit pas formulé de manière à éprouver le frère ou la sœur plus qu’il/elle ne l’est déjà, en soulignant la lourdeur de son épreuve par la réussite des autres, d’une façon qui l’accablerait d’avantage et le découragerait un peu plus. Il est important de bien choisir ses mots, de veiller à ce que ses tournures de phrases soient portée par la bienveillance, et de prendre en compte l’état psycho-affectif de son interlocuteur. Et Dieu dit, loué soit-Il : « O vous qui croyez ! Ne rendez pas vaines vos aumônes par un reproche ou un mauvais traitement, comme celui qui dépense son bien par ostentation et qui ne croit ni en Dieu ni au Jour dernier. Il ressemble à un rocher couvert de fine terre qu'une forte pluie a frappé et a laissé dénudé. Ces gens-là ne peuvent tirer aucun profit de ce qu'ils se sont acquis. Dieu ne dirige pas les mécréants. Ceux qui dépensent leurs biens pour obtenir l'agrément de Dieu et pour affermir leurs âmes sont semblables à un jardin planté sur une colline : qu'une forte pluie l'atteigne et sa récolte double ; et si ce n'est pas une forte pluie qui l'atteint, alors c'est une rosée. Dieu voit parfaitement ce que vous faites. » (s2 v264-265).

Ces quelques mesures de bon sens ne doivent pas constituer un frein à l’entre-aide des uns envers les autres, qui est une obligation religieuse. Elles relèvent avant tout de règles de bienséance envers le Seigneur, exalté soit-Il, et envers ses frères et sœurs en Dieu.

En effet, le Très-Haut, exalté soit-il, nous dit que « Les croyants et croyantes sont de proches amis les uns des autres. Ils s'ordonnent mutuellement ce qui est bienséant et s'interdisent ce qui est malséant ; ils s'acquittent de la prière, ils font l'aumône et obéissent à Dieu et à Son Envoyé : A ceux-là, Dieu fera miséricorde. Dieu est puissant, sage » (s9 v71).

Louanges à Dieu, Seigneur des Mondes !

Wa s-Salam.

 

 


Ailleurs sur Âme Horizon

Polémique sur le début du Ramadan 2014

  Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux, Louanges à Dieu, Seigneur des mondes ! Chers amis, Comme chaque année, l’arrivée du mois de Ramadan fut l’occasion d’une...


Commentaires (1)

Nouveau commentaire

de Dicka Lundi 16 février 2015 à 17h47

As Salam Aleykoum


Mashallah, frère Rémy, votre réponse à la question posée est très pertinente et peine de sagesse.


Que Dieu nous présserve de cette forme de plythéisme que le Prophète (SWS) a qualifié de " Polythéisme aussi subtil que la marche d'une fourmi".


Pour le respect des règles que vous avez rappelé ici, nous devons solliciter l'assistance de Dieu. Le Prophète (SWS) a recommandé à cet effet de dire : "Mon Seigneur, nous Te demandons de nous protéger contre le fait de commettre delibérément le shirk et Te demandons de nous pardonner ce que nous faisons inconsciement" (rapporté par Ahmad).


W'As Salam.