Le terme « salafi » pour désigner le mouvement wahhabite

Publié le 26/04/2015 par Rémy Savin ()

 

Question :

À notre connaissance, les maîtres spirituels n’utilisent pas les dénominations de salafites, salafisme ou salafo-wahhabisme pour désigner certains courants se réclamant de l’Islam. Serait-ce parce qu’il est faux, ou peut-être même blasphématoire, de les rattacher aux véritables « Salafs » ? Avez-vous un avis sur le sujet ?

 

Réponse :

Au Nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.

Le mot « salafi », dans son acception contemporaine, est un néologisme employé par les wahhabites pour parler d’eux-mêmes, destiné à flouter l’illégitimité de leur mouvement, son absence de filiation authentique, et la dissidence de cette secte vis-à-vis du sunnisme traditionnel. Il est vrai que les premiers théologiens confrontés à cette hérésie ont employé le terme de « wahhabisme ». À titre d’exemple, on peut citer l’imam Dahlan, moufti shafi`ite de la Mecque (mort en 1886), qui a rédigé un ouvrage intitulé « La discorde du wahhabisme » (Fitna al Wahhabiyya). Le terme « wahhabite » fait référence à Muhammad Ibn AbdalWahhab, prêcheur du 18ième siècle, qui a dynamisé cette pensée réformatrice de l’Islam, dont les origines idéologiques remontent principalement, dans leur forme structurée, à Ibn Taymiyya (mort en 1328) et ses suiveurs. Cette manière de faire est une coutume dans ce genre de cas. À titre d’exemple, l’école malikite fait référence à l’Imam Mâlik, théoricien et méthodologiste de la jurisprudence islamique, ou encore, la voie shadhilite, méthode d’enseignement de la spiritualité musulmane, fait référence à l’imam Shadhili.

L’artifice que les wahhabites emploient pour justifier leur usage du mot « salafi » consiste à dire qu’ils suivent l’Islam selon la compréhension du « salaf », qui est un terme désignant les trois premières générations de musulmans. Or, le sunnisme traditionnel s’appuie lui-même sur la compréhension des gens du salaf puisqu’il en utilise les outils, par des chaînes de transmission légitimes et authentiques qu’il est le seul à détenir. Entre autres : les quatre écoles jurisprudentielles, la dialectique théologique ash`arite, et les méthodologies d’enseignement spirituel de filiation authentique. Le mouvement wahhabite, quant à lui, est réformateur, tant du point de vue de la Foi, de la Loi, que de la Spiritualité. Il est par ailleurs bien en peine pour fournir les mêmes gages d’authenticité.

Certains orateurs wahhabites, au discours édulcoré, emploient le terme « salafi » pour se distinguer du takfirisme et du jihadisme des coupeurs de tête, qui ne sont rien d’autre que le wahhabisme appliqué dans son entièreté. Là encore, la supercherie peut tromper, chez nous en France, les débutants ou les fidèles fraichement convertis, mais dans les pays où la culture de l’Islam est plus enracinée, le subterfuge ne trompe pas grand monde.

Un autre moyen sémantique est employé par certains wahhabites pour esquiver le passif sanglant et hérétique de la pensée wahhabite. Il s’agit de dire que le wahhabisme serait en fait UN salafisme parmi d’autres, mais qu’il n’est pas LE salafisme. Or, les sages de la oumma n’emploient le terme de wahhabisme que pour désigner ce mouvement en tant que système de pensée appuyé par le pouvoir matériel et politique, et pas pour une distinction idéologique qui le différencierait de ses racines. En réalité, le wahhabisme (ou salafisme) trouve son origine dès les premiers siècles de l’hégire, auprès de groupes marginaux sectaires et criminels. Il n’y a aucune rupture en terme doctrinal entre les khawarij assassins du temps des premières discordes et les wahhabites/salafis d’aujourd’hui. La seule différence, c’est que de nos jours, ce mouvement est constitué en institution dans un pays, l’Arabie Saoudite, et à moindre mesure au Qatar également, est qu’il est soutenu massivement par les maudits pétrodollars saoudiens et étatsuniens. A l’inverse, le sunnisme traditionnel ne dispose d’aucun moyen de masse pour diffuser son outillage méthodologique.

Pour en savoir plus sur la genèse du wahhabisme, je vous invite à consulter ce lien :
http://www.at-tawhid.net/article-le-salafisme-wahhabisme-as-salafiyyah-al-wahhabiyyah-az-zahawi-86894544.html

Et celui-ci :
http://www.doctrine-malikite.fr/Histoire-du-Wahhabisme-les-anti-doctrinaux_a78.html

L’emploi du terme salafi, d’un point de vue traditionnel, est donc sans fondement aucun, fallacieux, et destiné uniquement à tromper les foules. Les sages du passé ont effectivement employé le terme de « wahhabisme », pour la raison évoquée plus haut. Les sages contemporains continuent de le faire, mais ils emploient également le mot « salafi » par souci de commodité et de clarté, lorsqu’ils doivent traiter ce sujet face à un public qui ne maîtrise pas encore les subtilités de la science islamique, et dont les principales références méthodologiques sont les expressions de la vie quotidienne contemporaine.

 

Fraternellement.

 

 


Ailleurs sur Âme Horizon

Vérité, Tradition, et médias

Sarah M. Qu’est-ce que « le fait » journalistique et quelle position la sagesse nous invite à adopter face à l’appareil médiatique qui influe et pèse de plus en plus...


Commentaires (0)

Nouveau commentaire