Polémique sur le début du Ramadan 2014

Publié le 28/06/2014 par Rémy Savin ()

 

Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux,

Louanges à Dieu, Seigneur des mondes !

Chers amis,

Comme chaque année, l’arrivée du mois de Ramadan fut l’occasion d’une cacophonie, hélas, bien malheureuse. Fruit des batailles de pouvoir entre les uns et les autres, cette situation est le reflet d’un Islam qui peine à s’enraciner dans notre pays, victime d’un manque d’organisation structurée, bien intentionnée et réellement légitime, ce qui pénalise le sort des musulmans de France.

Cette cacophonie est d’autant plus regrettable que, dans les pays où l’Islam est enraciné depuis plus longtemps, ce genre de problème est presque inexistant, si ce n’est le fait de quelques marginaux mal inspirés, soulevant au passage un autre sujet, celui de la différence entre l’Islam bien transmis et l’Islam reconstitué. Aussi, nous souhaitons rappeler la conduite à observer dans ce genre de cas, pour celles et ceux qui veulent rester dans les sentiers lumineux tracés par le Livre Saint et la tradition prophétique.

Le fidèle est tenu de suivre la position valide majoritaire, comme le rapporte ce hadith et bien d’autres : « Et lorsque vous verrez beaucoup de divergences, attachez-vous alors à la grande majorité. » (rapporté par ibn Majah et at-Tabarani). Également, la Sunnah nous précise que les croyants d’un même environnement sont tenus de commencer le jeûne ensemble et de le terminer ensemble : « Que les gens commencent leur jeûne ensemble, qu’ils le finissent ensemble et qu’ils célèbrent l’Aïd al-Ad’ha ensemble » (rapporté par at-Tirmidhi). Ainsi, lorsque les institutions principales du pays en matière de religion statuent sur la date du début du mois de Ramadan, et quand bien même celles-ci seraient contestées dans la représentativité qu’elles opèrent, le fidèle doit se plier à la décision de cette majorité sans porter atteinte à l’unité très fragile de la communauté musulmane de France, que ce soit par excès de zèle mal placé ou du fait d’autres intentions moins recevables ; l’unité de la nation passe avant tout par l’unité à l’intérieur même des différentes composantes du pays.

Cette situation désagréable aura néanmoins eu l’avantage de montrer, une fois encore de façon manifeste, que les différentes institutions islamiques de France, faisant prétendument autorité, sont encore mal organisées. Pour l’une d’entre elles, nous commençons sérieusement à douter de sa volonté de parler d’une seule voix avec les différentes organisations islamiques du pays et de participer ainsi à la construction d’une unité nationale. Nous espérons que ce nouveau cafouillage soit l’occasion d’une réflexion réelle en vue de tourner le dos aux querelles de chapelles : « Et dis à Mes serviteurs d’exprimer les meilleures paroles, car le diable sème la discorde parmi eux. Le diable est certes, pour l’homme, un ennemi déclaré. » (Sourate 17, Verset 53).

 

Par ailleurs, cette semaine fut aussi le théâtre d’incivilités inacceptables, avec en toile de fond les questions de l’Islam et de l’immigration, ce qui nous oblige à clarifier quelques points.

Certains individus, animés par un pseudo-patriotisme trompeur et fantasmé, et au motif grotesque d’une victoire lors d’un match de football du pays, pour une bonne part d’entre eux, de leurs parents ou de leurs grands-parents, se sont sentis autorisés à semer le trouble et le désordre lors de débordements à la suite de l’événement sportif. Nous condamnons fermement ces actes indignes dont nous espérons qu’ils reflètent, semble-t-il, l’état d’esprit d’une minorité.

Nous rappelons pour commencer que le bon sens et le respect d’autrui commencent lorsque nous nous abstenons de faire aux autres ce que nous ne souhaitons pas subir. Sans aucun doute, ceux qui expriment une certaine fierté vis-à-vis du pays de leurs aînés ne seraient pas heureux de voir celui-ci piétiné sans vergogne par un groupe de gens se réclamant d’une nation étrangère. Nous invitons donc ces fauteurs de troubles à réfléchir au caractère insultant de leurs nuisances qui alimente, par la même occasion, le climat déjà tendu autour de l’immigration.

Puisque le drapeau qu’arborait ces gens contient des symboles censés représenter l’Islam, nous leur disons que même si cela n’était pas leur intention première, ils ont contribué à flouter davantage la notion du fait islamique et religieux au regard de nos concitoyens, alors même que Dieu dit : « Entraidez-vous dans l’accomplissement des bonnes œuvres et de la piété et ne vous entraidez pas dans le péché et la transgression. Et craignez Dieu, car Dieu est, certes, dur en punition ! » (Sourate 5, Verset 2).

Nous souhaitons que cet incident soit l’occasion, pour les descendants d’immigrés de confession musulmane, de réfléchir à l’endroit exact où doit se porter leur sentiment patriotique, tant du point de vue de la responsabilité en religion que du point de vue humain. Il ne s’agit point de renier les sensibilités de chacun, mais l’Islam est une religion universelle, tournée vers l’avenir et éloignée de tout comportement tribaliste. Nous savons également que le Message est devenu accessible au plus grand nombre justement parce que les musulmans du passé ont été capables de voyager et de s’installer un peu partout dans le monde en enracinant avec eux le fait islamique dans la culture environnante, et en bonne intelligence avec les autres dimensions de celle-ci. Certains, si Dieu veut, comprendront ainsi la nature de leur devoir en tant que croyants, et verront le fait du Très-Haut dans la raison de leur présence dans ce pays.

D’autres peut-être continueront de se sentir étrangers dans un pays où ils ont pourtant grandi et dont ils profitent des avantages et de la solidarité populaire. À ceux-là, nous leur demandons de ne pas parasiter le travail que font les musulmans français et patriotes, en vue du développement serein et apaisé de l’Islam en France, de respecter ce pays, de ne pas saboter les efforts de leurs frères en religion, et au minimum d’honorer leur engagement envers Dieu : « Ceux qui violent leur pacte avec Dieu après l’avoir engagé, et rompent ce que Dieu a commandé d’unir et commettent le désordre sur terre, auront la malédiction et la mauvaise demeure. » (Sourate 13, Verset 25)

Nous aurions préféré, en revanche, voir nos frères en Islam se mobiliser pour des sujets bien moins ridicules que le football et qui portent directement atteinte à la civilisation de la Foi, tels que le mariage pour tous, la gestation pour autrui, ou la théorie du genre à l’école, comme Dieu le prescrit dans le Livre Sacré : « Que soit issue de vous une communauté qui appelle au bien, ordonne-le convenable, et interdit le blâmable. Car ce seront eux qui réussiront. » (Sourate 3, Verset 104). Le Prophète, paix et prière sur lui, a par ailleurs précisé : « Celui qui aperçoit une action blâmable, qu’il la change avec sa main. S’il ne peut pas, qu’il la change avec la parole, sinon [qu’il la réprouve] par son cœur, ce qui constitue le degré minimum de la foi. » (rapporté par Muslim).

Encore une fois, ces événements nous montrent que l’immigration de masse et non contrôlée, au service du capital et de la finance internationale, est en opposition frontale avec la vocation de l’Islam à s’implanter dans la paix et en simplicité en France, pour une coexistence heureuse et harmonieuse avec les autres religions et philosophies de vie de notre pays.

 

Que tout ceci ne prive pas nos cœurs de ce moment béni et heureux : nous souhaitons un bon mois de Ramadan à tous nos camarades musulmans, qu’il nous aide à vivre dans l’amour et la proximité de Dieu !

 

Gloire à Dieu, et vive la France !


Ailleurs sur Âme Horizon

Islam et islamisme

À eux seuls, ces deux mots alimentent toutes sortes de polémiques. Fantasme débridé pour les uns, opportunité douteuse pour d’autres, la question de l’Islam, en France et ailleurs, et au-delà...

Poème

Tu es mon Secours, Toi le Protecteur des cieux et de la terre. Lorsque les larmes jaillissent des profondeurs de mon être, mon regard se lève vers toi en implorant de Toi la grâce d’un don, que...


Commentaires (21)

Nouveau commentaire

de Fawzia Lundi 29 septembre 2014 à 19h33

Salam,
Si comme le tribalisme, le patriotisme ou même même l'amour de la Patrie, autorise l'injustice (comme on l'a souvent vu dans l'Histoire) ou n'en a pas conscience (pour peu que ceux qu'il opprime ne sachent pas se défendre efficacement) ?

de Rémy Savin Lundi 29 septembre 2014 à 21h23
As Salam alaykoum.
 
Le Patriotisme tel que le décrivent les Textes est le cadre de la dimension collective de l'existence par lequel l'organisation sociale et sociétale de la collectivité humaine sont en mesure de produire le Bien, c'est pour cela que Dieu prescrit des règles de bien séances, des règles financières, des règles commerciales, de relations entre pays, etc. Il faut toujours garder en tête la finalité d'une prescription si on veut la comprendre, et non la pratique incomplète que peuvent en faire certains.
Salam.

de Fawzia Mardi 30 septembre 2014 à 09h50
Wa alaïkum essalam wa Rahmatulla wa Barakatuh,
 
Merci pour cette réponse.
Elle suscite un premier questionnement : La France actuelle produit-elle le Bien ?.
J'aurais souhaité aborder aussi la question de la souffrance que vous avez évoquée avec le frère El Machichi (à propos des immigrés, je crois). Ce n'est pas l'aspect le plus important à considérer d'abord parce que beaucoup de gens souffrent et puis, qu'elle valeur pourrait-on lui attribuer puisqu'elle ne peut se mesurer ?. La aussi il est question de Justice et non de Souffrance.
On essayera d'en reparler peut-être, si Dieu veut.
Qu'Allah vous bénisse.
(J'espère que je ne vous ennuie pas avec mes petites interventions faites au feelling, au ressenti spontané).

de Rémy Savin Mardi 30 septembre 2014 à 12h56
Salam alaykoum.
 
La France, hélas, ne produit pas le Bien, pour le moment. Ceci, pour plusieurs raisons.
 
Notre pays est actuellement sous la tutelle d’un régime oligarchique d’occupation, au service de l’extrême-droite réelle (sionisme, finance internationale, et lobbies LGBT). Ainsi, le peuple de France est privé de sa souveraineté plénière mais, comme nous l’avons expliqué dans un autre article, c’est au peuple de changer ce qui est en lui-même pour que Dieu, le Glorieux, change ce qui le porte.
 
Le peuple de France est également privé de ce qui pourrait œuvrer à sa propre réhabilitation, à travers les programmes scolaires corrompus, les programmes abrutissants à la télévision, au travers également des mécanismes de la société de consommation, et de ce monde qui est devenu extrêmement violent à tous les niveaux.
 
Il y a un Choc des civilisations qui se joue, et l’oligarchie au pouvoir verrouille ses acquis en vue de déclencher une mécanique de replis, et empêcher toute constitution d’un contre-empire. Quand nous parlons de Choc, nous ne parlons pas de la doctrine atlantico-sioniste qui sert de prétexte aux déploiements militaires ici et là, mais du Choc réel, celui de la Civilisation de la Foi contre le Nouvel Ordre Mondial. Je vous invite à ce propos à voir le numéro d’Horizon d’actu qui traite de l’assassinat d’Hervé Gourdel, l’article qui traite de l’opération NotInMyName, et le prochain numéro d’Horizon d’actu consacré aux récents dérapages d’Éric Zemmour, pour avoir quelques éclaircissements sur le Choc dont nous parlons et les conséquences que cela peut avoir, en particulier par rapport à l’Islam.
 
Les forces d’opposition au système, plutôt que de se constituer en contre-empire, n’identifient pas la nécessité de se regrouper en forces de Civilisation, mais constituent un amas hétérogène et hétéroclite sans réel pouvoir d’action. Pour reprendre l’exemple des Français musulmans (de souche récente ou plus lointaine, ou encore d’adoption), plutôt que d’investir leur responsabilité adamite et islamique de réhabilitation patriotique, vivent leur vie de manière individualiste, sans conscience des enjeux temporels que Dieu a voulu par leur présence enracinée en France, et au mieux pleurnichent auprès de diverses institutions pour obtenir droits et reconnaissance, alors que ces choses s’obtiennent, dans ce que prescrit l’Islam, non pas par la pleurniche mais par le devoir adamite assumé, et au minimum il s’agit de prendre part au destin de notre patrie.
 
J’aimerai attirer votre attention sur une chose. Les vibrations originelles de la France Eternelle, celles du baptême de Clovis, sont le monothéisme, l’universalisme, et la Civilisation. Quand nous parlons de « France », historiquement et Traditionnellement, c’est de cela dont nous parlons, et au regard de cette définition, oui, la France est en mesure de produire du Bien.
 
Le problème, c’est que pour des raisons que nous développeront une prochaine fois, in sha Allâh, ces valeurs ont été renversées par la révolution bourgeoise et financière de 1789, qui a enraciné son influence, au fil du temps, jusqu’à ce que nous connaissons aujourd’hui. Pour des raisons d’ignorance et de baratin institutionnel malsain et satanique (baratin antiraciste, baratin libéral libertaire, baratin tribaliste), et surtout à cause de beaucoup d’ignorance, dans la tête de beaucoup de musulman, il y a une confusion entre la France, celle du baptême de Clovis, et l’oligarchie d’occupation de souveraineté nationale, responsable en majeur partie de toutes les horreurs commises par la France depuis la Révolution. Ils ne sont pas la France, et nous ne sommes pas eux.
 
Donc, oui, la France Eternelle a vocation à faire le Bien, mais notre cher pays est actuellement sous la tutelle d’une oligarchie mafieuse et satanique, qui étouffe et asphyxie la vocation première de la France. Les musulmans sont en partie responsables de cette situation, en n’investissant pas leur responsabilité adamite dans cette affaire, et également en investissant de manière falsifiée le fait islamique.
 
Il y aurait encore beaucoup de choses à dire mais je pense que ces quelques mots répondent à votre question, in sha Allâh.
 
(vos interventions sont toujours les bienvenues)
 
Que Dieu vous bénisse et vous illumine, très chère sœur.
 
Fi amanillâh.
 
Wa Salam !

de Fawzia Jeudi 09 octobre 2014 à 19h52

Salamu alaïkum chers frères,


Demandons à Dieu que la France soit préservée de tout mal. Nous pouvons avec l'aide du Très haut faire pencher la balance afin qu'elle produise plus de bien que de mal et ainsi, de proche en proche, retrouver enfin le chemin de sa raison d'être originelle.


de Fawzia Dimanche 28 septembre 2014 à 13h27

Salamu alaïkum, Je viens de lire en totalité la contribution d'Ibn Machichi et j'y ai trouvé le hadith rapporté par Ibn Madjah dans lequel notre bien aimé prophète définit le tribalisme. C'est vraisemblablement le sens que vous lui donnez et je l'ai mal interprété. Veuillez m'en excuser. Pour ce qui est du sentiment patriotique, je préfère en revanche parler de devoir patriotique ou d'obligation religieuse vis à vis de sa patrie (ce qui n'exclut en rien l'amour, bien entendu).

de Rémy Savin Dimanche 28 septembre 2014 à 14h06
As Salam alaykoum.
 
Absolument chère soeur.
 
Simplement, l'accomplissement d'un devoir sans l'émotion de Vérité qui l'accompagne est certes valide au sens stricte de la shari3a mais incomplète au regard de la Sagese et de l'enseignement prophétique.
Pourquoi, donc, se contenter du minimum, alors que la Revélation nous enseigne de prendre les prescriptions et les intentions qui vont avec ?
C'est un peu comme faire la Prière sans le coeur, et accomplir la Prière dans la proximité de Dieu, l'un et l'autre sont incomparables. Si le premier est tolérable et valable d'un point de vue shari3a, la finalité de la Révélation est le deuxième, et c'est ce vers quoi le fidèle doit aller, et ce qu'il doit viser.
C'est pour cela, d'ailleurs, que les oulama de la Sagesse parlent de chéminement quand ils évoquent les precriptions de Dieu au regard de la condition temporelle.
La Tradition forme un tout, et l'enrobage des prescriptions n'en forme pas la substance, bien que l'une et l'autre soient obligatoires.
 
Fraternellement.
 
Salam.
 
 

de Fawzia Lundi 29 septembre 2014 à 10h41
Salamu alaïkum,
Vous savez quoi ?, je viens de découvrir vos réponses !. En fait, je n'avais par remarqué que vous publiiez questions et réponses au bas de la colonne de gauche.

de Rémy Savin Lundi 29 septembre 2014 à 11h30
Salam alaykoum ^^
En espérant que vous avez trouvé dans nos réponses quelques éclaircissements !
 
Fraternellement.

de Fawzia Vendredi 26 septembre 2014 à 15h54

Essalamu alaïkum.


Merci pour ce sujet important et sans doute nécessaire. N'étant pas qualifiée pour en débattre, permettez tout de même, chers frères en Dieu, de faire rapidement deux remarques :


. Dans mon pays d'origine (l'Algérie) le tribalisme n'existe plus depuis près de 2 siècles !.. Le travail des bureaux arabes de l'armée coloniale a détruit les tribus jusqu'au fractionnement des familles en familles nucléaires à qui elles ont attribué un nom patronymique différent. Aussi, pardonnez-moi, parler de tribalisme aujourd'hui semble relever plus du cliché que d'une vérité.


. Par ailleurs, parler d'amour de la patrie n'est-ce pas s'appuyer sur les sables mouvants que sont les sentiments alors qu'il s'agit de principes (rôle de l'Homme sur Terre) ?. C'est un peu comme quand on aide un membre de notre famille, on le fait par devoir religieux (principe) et non forcément par amour (on peut aimer et détester la même personne selon les circonstances).


Soyons prudents. Il peut y avoir divers points de vues sur ces questions et on peut se trouver dans la situation où l'un d'eux rejettera l'autre (opposition) tout en restant parfaitement valables l'un et l'autre si l'on recherche en quoi ils se complètent dans un principe unique.


Ne devrait-on pas connaître avant tout ce que Dieu nous Commande à ce propos avant tout développement ?.


Ya Allah ! c'est Toi que nous adorons et c'est à Toi que nous obéissons.


 


de Rémy Savin Vendredi 26 septembre 2014 à 22h48
As Salam alaykoum.
 
Merci beaucoup pour vos précieuses remarques qui nous donnent l’occasion de préciser notre explication.
 
Nous ne comprenons pas le tribalisme dans sa fonction sociale ou sociétale telle que définie par l’anthropologie ou la sociologie, mais en opposition à l’universalisme réformateur apparu avec la révélation de l’Evangile puis confirmée par celle du Coran, donc, dans sa définition Traditionnelle.
 
Le rôle initial du tribalisme est lorsque qu’un peuple définit son destin isolément du reste de l’humanité et dans la relation qu’il entretient avec le Divin, loué soit-Il, et quand la réalisation de son destin est la contribution de ce peuple au destin beaucoup plus large de celui de l’humanité. En effet, dans la fonction tribale l’identité ethnique prime sur l’identité adamite. Un bon exemple est celui du destin du peuple Juif. On peut donc dire que la fonction tribale, dans sa définition Traditionnelle,  a un début et une fin. La fonction sociale ou sociétale du tribalisme, celle qui intéresse les sciences humaines, est plutôt la conséquence de sa fonction Traditionnelle et ce que l’on voit aujourd’hui dans les sociétés tribales qui peuplent la planète sont plutôt des reliquats du passé très lointain de l’humanité.
 
Ceci nous oblige à quelques remarques.
 
Le fonction tribale est aujourd’hui devenue caduque, depuis l’avènement du christianisme puis de l’Islam, n’a donc plus lieu d’être, et n’a plus de réalité spirituelle et métaphysique.
 
Il existe néanmoins des populations à travers le monde qui continuent de pratiquer le tribalisme dans sa fonction Traditionnelle, comme par exemple les adeptes de la religion hindoue et du judaïsme talmudique. Plus récemment, l’idéologie mystique de la doctrine nazie constitue elle aussi un tribalisme.
 
La réforme du tribalisme à l’universalisme est définitive. L’humanité est une et indivisible, et tous les peuples du mondes sont appelés à partager un destin commun à travers la diversité des peuples et des nations. D’ailleurs, plus le temps passe, plus les enjeux de l’actualité deviennent mondiaux et ont des conséquences partout dans le monde. C’est en outre ce qui est détaillé dans la tradition prophétique au sujet des évènements qui nous rapprochent de la Fin.
 
Pour en revenir à votre remarque, je connais moi aussi assez bien le Maghreb pour y avoir vécu plusieurs années. Certes la colonisation a provoqué d’énormes dégâts et mais les Français ne sont pas responsables de tout. Il y a en Algérie un tribalisme social et sociétal très fort des populations Kabyles par exemple, de même qu’au Maroc les populations du désert ou celles de tradition Berbère affichent très clairement une volonté de différenciation très prononcée du reste de la population, et dans certains cas il est même question d’indépendance ou d’autonomie. Pour avoir aussi un peu vécu au Moyen Orient, on retrouve la même problématique. La volonté d’autodétermination, surtout lorsqu’elle n’a aucune justification dans le concret, est le plus souvent le résultat d’un tribalisme ou d’un nationalisme, et de plus en plus, qui s’accompagnent de manipulation extérieures.
 
Il y a un fait indéniable, également, qui est celui des batailles de pouvoir qui ont lieu dans nos mosquées entre vieux Marocains et vieux Algériens, pour savoir qui aura le ‘’contrôle’’ de la mosquée. Pour ne pas trop alourdir la réponse, disons simplement que de tels comportements sont incompatibles avec la prescription coranique et résultent le plus souvent de reliquats du tribalisme social des pays d’Afrique du nord.
 
La sortie du tribalisme vers l’universalisme est un enjeu majeur de la révélation de l’Islam, et un enjeu permanent, et je vous invite à relire le dernier sermon du Prophète, paix et prière sur lui, si vous souhaitez en avoir le cœur net.
 
Un autre enjeu, beaucoup plus terre à terre celui-là, est que le ‘’contrôle’’ de l’Islam en France par des tendances culturelles étrangères, ou d’origine, est la possibilité pour des pays étranger d’avoir un pouvoir d’influence, souvent néfaste, pour les Français musulmans (de branche ou de souche)et pour tous les Français en général.
 
Concernant l’amour de la patrie, nous parlons bien évidement de l’amour tel qu’il est prescrit par les Textes, à savoir porté par les émotions de la Vérité, et non les sentiments de la passion. Ce sont deux choses différentes et quelques articles sont en préparation in sha Allâh pour décrire cela. Effectivement les sentiments sont des sables mouvant mais le fidèle est appelé à passer du sentiment à l’émotion, celle-ci portée par la Vérité. Et la nation, comme nous l’avons vu dans un autre article, a une fonction de jonction entre le temporel et l’intemporel (entre le sentiment et l’émotion).
 
Ce qu’il faut garder en tête lorsque l’on étudie la Tradition, on qu’on lit des articles qui s’y rapportent, c’est que les prescriptions de Dieu ne sont pas à comprendre, pour le fidèle, dans son temporel immédiat, mais dans la complétude d’un cheminement spirituel et initiatique.
 
Pour ce qui est des ‘’points de vue’’, il faut retenir que la Tradition est avant tout une affaire de filiation et de transmission avant d’être une affaire de point de vue. C’est justement pour cela que, comme vous le dites, avant de prendre la parole ou de prendre la plume, il faut s’assurer auprès de ses maîtres de son aptitude à le faire. Par ailleurs, les divergences n’ont pas lieu d’être dans les prescriptions de principes mais dans les prescriptions de contextes. Or, l’universalisme et l’humanisme sont des prescriptions de principes.
 
Fi Amanillâh !
 
Wa s Salam !

de Fawzia Samedi 27 septembre 2014 à 18h30

Salam,


Je m'aperçois que mon commentaire s'éloigne du sujet de cet article que j'ai cru être celui sur le patriotisme. Veuillez m'en excuser.


Par ailleurs, je n'attend pas de réponse à mes remarques tout restant attentive à tout développement sur un sujet d'actualité.


Comme le premier, je crois inutile de publier ce message.


Merci pour votre travail.


Wa Salam.


de Rémy Savin Samedi 27 septembre 2014 à 19h11
As Salam alaykoum.
 
Très chère sœur,
 
Que Dieu vous bénisse et vous illumine.
 
Votre message reste malgré tout au bon endroit vu que le sujet, indirectement, s’y rapporte.
 
Si nous avons répondu à vos remarques, c’est parce qu’elles nous apparaissent justifiées, pertinentes,  honnêtes, et qu’elles mettent en avant la nécessité pour nous de développer certains points, ou de préciser certaines notions, respectant ainsi l’engagement que nous avons pris auprès de nos maître de transmettre le Savoir du mieux possible et au plus grand nombre.
 
Au-delà de vos remarques en elle-même, c’est aussi à tous les camarades qui visitent nos pages que notre réponse s’adresse, Âme Horizon étant aussi et surtout un lieu de partage et d’échanges, et les sujets que vous avez soulevé peuvent intéresser d’autre Horizonautes.
 
Nous publions, par défaut, tous les messages postés par l’intermédiaire de l’outil de commentaire des articles. Les internautes qui veulent s’adresser à nous dans l’intimité peuvent le faire par en utilisant de la rubrique « nous contacter ».
 
Fi amânillâh !
 
Wa s Salam.

de khadija Lundi 14 juillet 2014 à 17h06

Essalam aleykoum wa rahmatouAllah wa barakatouh


Je lis vos échanges avec grand intérêt mais cela éveil une certaine confusion dans mon esprit.


Quel est le véritable enjeu que vous évoqué quand vous dites: "mais c'est un trompe l'oeil mis en avant par l'antiracisme institutionnel pour cacher les vrais enjeux?


Quel est l'intérêt pour la franc-maçonnerie, l'idéologie des lumières ainsi que l'idéologie libérale-libertaire de tuer tout sentiment patriotique dans le cœur (ou esprit) des français ?


Avoir un attachement sentimental à la terre d'origine est-il une mauvaise chose en soit?


Merci pour vos éclaircissements ainsi que pour le temps que vous prenez pour répondre aux questions posées.


de Rémy Savin Mardi 15 juillet 2014 à 00h24
As Salam alaykoum.
 
L’une des responsabilité adamite, pour le fidèle, est d’enraciner la Vérité là où il se trouve, pour les générations à venir, pour que tous ceux qui le souhaitent puisse découvrir le Message d’une manière qui convient à leur particularité, à leur langue, et aux subtilité de leur sensibilité, et que cet enracinement soit projeté dans le futur pour un projet de Civilisation (au sens « Civilisation de la Foi »).
 
L’antiracisme institutionnel  a fait croire pendant des années au Français d’adoption (issus de l’immigration) et aux Français de filiation plus ancienne eux-mêmes, que les Français sont des gens racistes et xénophobe, ce qui est complètement faux. Ce qui est vrai en revanche, c’est que les Français de filiation plus ancienne ont à faire à un problème d’altérité avec une population pour laquelle ils n’ont pas de tradition de compréhension et d’échange direct, ce qui devrait être au minimum l’effort des musulmans, surtout si l’on regarde les efforts qui ont été faits par nos Anciens, lorsque les musulmans sont arrivés en Afrique du Nord et en Afrique de l’ouest. L’antiracisme institutionnel, qui est un agent du système, a plutôt laissé entendre aux musulmans qu’ils sont différents, et que les « Français » sont racistes et que c’est à eux de faire l’effort de comprendre les musulmans, donc, inversion des valeurs Traditionnelles.  En parallèle de cela, l’antiracisme institutionnel n’a cessé de promouvoir la culture dite « du ghetto », pour provoquer une scission culturelle encore plus grande entre la population d’adoption et celle de souche plus ancienne. Pour ne citer que quelques exemple : le rap, le graffiti, le break dance, etc... Autant de choses qui reflètent aussi l’influence américaine sur notre société, et l’influence de la société de consommation. L’autre gros point clé de la toxicité de l’antiracisme institutionnel est l’emploi systématique de la politique de la pleurniche et de la victimisation, qui, au-delà d’être exaspérante pour une majorité de Français, et en plus vouée à l’échec, car contrairement à une certaine communauté bien organisée qui soit disant n’existe pas, les musulmans ne sont pas des relais d’opinion sur la société française, et ne sont pas influents sur les postes clés du pouvoir.
 
L’intérêt du système dans ce genre de situation, pour résumer cela en quelques mots, consiste à uniformiser les cœurs et les esprits en vue de déréguler les mœurs et les normes sociales pour faire de chaque individu de la population, sans exception, un consommateur malléable à souhaite, apatride, sans racines actives, qu’il est possible déplacer et moduler à souhaits et selon les besoins du système. Ceci répond bien évidement aux intérêts de la finance internationale, du grand capital, et aux principes d’un projet eschatologique de domination sur le monde d’une certaine communauté qui, elle, en revanche, fait tout son possible pour enraciner sa patrie dans un endroit précis du monde, alors même que ceux qui composent la population de cette entité viennent tous de différents pays, de différentes cultures, et parlent différentes langue. Ceci, parce que ces gens-là savent que la nation-patrie est le seul rempart qui permet à une culture d’influence de rester vivante. Aussi, on voit que de gros efforts sont faits dans le monde pour détruire les frontières et uniformiser les pays, tandis que pour un seul pays dans le monde, très liés aux décideurs de la finance internationale, tout est fait à l’inverse pour exalter la particularité de cette nation, alors même que la simple existence de cette dernière repose sur une spoliation de territoire et sur un constructivisme des plus artificiels.
 
Avoir une sensibilité pour sa culture dite « d’origine » est tout à fait normal et positif. Pour reprendre l’exemple de plus haut, les Arabes musulmans qui sont arrivés aux Maghreb pour annoncer le Message sont resté profondément attaché au monde arabe de leurs origines, mais cela ne les a pas empêché de prendre leurs responsabilités en tant que Croyants et d’enraciner le Message en vue de bâtir la Civilisation de la Foi avec la sensibilité populaire de l’endroit où ils se trouvaient, en s’intégrant eux-mêmes dans cette sensibilité.
 
Rappelons au passage, et à ce propos, que l’âme de la France ne réside pas dans la République et la laïcité, qui vont à contre-courant de la Vérité, mais dans le baptême de Clovis, dans le monothéisme, dans l’universalisme de la Foi et dans la fraternité en humanité.
 
Par ailleurs, que les musulmans ne se trompent pas : l’islamophobie est une christianophobie de substitution, et non la conséquence d’une modalité de l’altérité voulue volontairement désastreuse par ceux qui nous dirigent. On peut même parler, sans mauvais jeu de mots, d’attentat sous faux drapeau…
 
Je vous invite, pour plus de détails, à lire nos articles, entre autres, sur la filiation spirituelle celui sur le patriotisme en Islam.
 
 
Wa s Salam !

de khadija Dimanche 20 juillet 2014 à 03h38

Merci beaucoup je comprends mieux avec ces explications. 


de Al Machichi Dimanche 29 juin 2014 à 19h37

Salam mon très cher frère, mon intervention n'a pas pour objet la polémique je rebondis sur deux ou trois passages de ton interventions sur lesquels je vais émettre quelque simple remarques n'attendant pas une réponse car le but est simplement d'exprimer un état d'esprit, d'âme et de donner un point de vue. Donc la première c'est quand tu dis le fidèle est tenu de suivre la position valide majoritaire, mais est ce que réellement les instances françaises, peut-on parler de représentants des musulmans français alors qu'aucun musulman lambda ne les a élu ni ne se trouve représenter, quelle est l'histoire de ses instances ne se sont-ils pas autoproclamés ? Est ce qu'ils ont des positions valides sur le ramadan, depuis quelques années ont sent un réel morcellement, entre les turcs, l'UOIF CFCM, et les mosquées indépendantes.... etc. Peut-on déontologiquement et éthiquement suivre une position que l'on sait pertinemment fausse. Je ne lance que des interrogations et des pistes car moi-même j'essaye de suivre la "pseudo" majorité mais ces interrogations se soulèvent et se font de plus en plus pressantes, à tel point que je réfléchis sur d'autres avis juridiques tout aussi valables pour être en total paix intérieure.
Nous souhaitons que cet incident soit l’occasion, pour les descendants d’immigrés de confession musulmane, de réfléchir à l’endroit exact où doit se porter leur sentiment patriotique, tant du point de vue de la responsabilité en religion que du point de vue humain. Il ne s’agit point de renier les sensibilités de chacun, mais l’Islam est une religion universelle, tournée vers l’avenir et éloignée de tout comportement tribaliste. Nous savons également que le Message est devenu accessible au plus grand nombre justement parce que les musulmans du passé ont été capables de voyager et de s’installer un peu partout dans le monde en enracinant avec eux le fait islamique dans la culture environnante, et en bonne intelligence avec les autres dimensions de celle-ci. Certains, si Dieu veut, comprendront ainsi la nature de leur devoir en tant que croyants, et verront le fait du Très-Haut dans la raison de leur présence dans ce pays.
Tu appelles à se pencher sur le sentiment patriotique j'ai essayé de réfléchir, étant né ayant grandi ici je ne sens pas ce sentiment patriotique, ni cet attachement viscérale ni ce sentiment d'appartenir à la nation française et je ne me trouve pas dans l'ensemble des valeurs les mœurs les traditions la culture. Il y a bien évidemment quelques valeurs qui sont en harmonie avec l'islam auxquels j'adhère et auxquels je me réfère mais cela n'est pas assez pour avoir ce sentiment patriotique, je pense que c'est ce qui a été peut être voulu et décidé dans les arcanes du pouvoir, notamment concernant les gens dans mon cas, car je pense que je ne suis pas seul dans ce cas. En lisant les anciens livres alphonse daudet, victor hugo, la comtesse de ségur, voltaire, honoré de balzac, alexandre dumas, ou encore le célèbre émile zola, j'ai trouvé un plaisir à lire le quotidien des français de l'ancien temps, j'ai voyagé et c'est comme si je les voyais vivre leur vie de tous les jours, un espèce d'observateur mais malheureusement je ne m'y repère pas je me reconnais beaucoup plus dans les valeurs passées de mon pays d'origine j'y trouve mes repères, et je partage l'ensemble des valeurs, et il y a un attachement affectif et émotionnel que je n'ai malheureusement pas avec la France. J'ai réellement pu me structurer émotionnellement et psychiquement grâce aux valeurs du Maroc et à mes ancêtres, en effet durant toute ma jeunesse j'avais très peu de contact avec mon pays d'origine et j'ai été imprégné et totalement bercé par l'éducation le mode de vie les valeurs française résultat des comptes j'étais un adolescent et un jeune totalement désorienté sans repères totalement déconnecté de la tradition ésotérique, ne pensant qu'à mon confort et sans désir de vouloir contribuer à l'harmonie et au bien-être du pays dans lequel j'ai grandi et j'ai vécu, j'étais un français qui subissait le travail de sape et de déstructurations imposée par les élites françaises. Puis après un long séjour dans mon pays d'origine j'ai retrouvé les valeurs qui me manquaient et me faisaient défaut et je me les suis réappropriés et c'est à partir de là que j'ai commencé à vouloir aider et participer d'une manière positive au cadre dans lequel Dieu m'avait mis, on peut dire que c'est grâce au Maroc que j'ai eu le sentiment de vouloir participer au développement de la France ce qui est un paradoxe extraordinaire je trouve. La France je l'aime car matériellement elle s'est occupée de moi et m'a permis de grandir dans la paix et la sécurité et je ne la remercierai jamais assez de m'avoir donné ne serait-ce que cela, je travaillerai à ma manière pour aider au développement de cette patrie, tout comme j'aurais participé au développement de n'importe quelle patrie dans laquelle j'aurais été résident mais malheureusement sans ce sentiment qui anime tout véritable citoyen c'est à dire le patriotisme. La France ne peut s'en sortir avec ses immigrés maghrébins qu'en les laissant se réapproprier les véritables valeurs de l'islam authentique celui véhiculé par exemple dans ce site, et lutter contre le wahabisme plutôt que d'avoir une attitude complaisante envers cette tendance de l'islam
Je pense que l'immigration de masse est un problème dont il faut s'occuper, tout comme toi mais je pense qu'il ne faut pas occulter aussi que la manière dont les immigrés ont été intégrés et traités lorsqu'on les ramenés en France ou lorsqu'on les a "expulsé" du Maghreb, les rancœurs ont été renforcées. Mes parents et moi-même le ressentons, c'est un malaise beaucoup plus pernicieux que ce que l'on croit.


de Rémy Savin Dimanche 29 juin 2014 à 21h28
As Salam alaykoum.
 
Merci pour tes remarques, mon cher frère.
 
Je répondrai si Dieu veut de manière globale à ton propos, en séparant les thèmes.
 
1) Comme tu as pu le voir dans l'article, la question de la légitimité des institutions musulmanes en place est clairement contestée. Pour autant, et pour des raisons qui seraient trop longues à expliquer mais qui font l'objet d'un consensus sunnite, le musulman est néanmoins tenu de tenir compte de la majorité dès lors que celle-ci présente une validité et une cohérence. Par ailleurs, l'intérêt de la cohésion nationale est aussi à prendre en compte. Et ce que nous disons, justement, dans l'article, c'est que même si la légitimité de tous ces gens à en question, cette dernières serait nuancée est amoindrie dès lors que ces gens arriveraient à se mettre d'accord et cela constituerait un premier point légitime.
Nous posons néanmoins tout comme la question de l'organisation actuelle de ces institutions et de leur devenir.
 
2) En premier lieu, et de manière très claire, je dirai que celui qui n'a pas de sentiment patriotique, et j'ajouterai de sentiment patriotique qui correspond à la réalité de sa vie concrète et réelle et de son parcours, sa foi est incomplète, au moins du point de vue spirituel, et cela constitue même un frein voire un blocage spirituel.
 
3) Aimer la France cela ne veut pas dire aimer ce que ces dirigeants sont en train de faire du pays, cette distinction est absente du regard d'une grande part de la population, y compris celle issue de l'immigration. Et pourtant cette différence est de taille car le patriotisme Traditionnel se rattache à la civilisation de la Foi, pas à tout ce qui existe depuis le XVIIIème. On peut citer l'exemple de l'Andalousie, ou des immigrés Arabes se sont enraciné dans le pays et ont contribué à la construction d'une civilisation autonome et glorieuse qui a rayonné sur le monde et dont l'influence se ressent encore aujourd'hui : l'Andalousie musulmane.
 
4) Ton absence de sentiment patriotique ne vient pas de ta condition de descendant d'immigrés, car c'est le cas d'une très grosse partie de la population française. D'ailleurs, aux USA le sentiment patriotique est partagé par toutes les couches de la population, y compris les gens fraichement naturalisés, y compris les gens fraichement naturalisés de confession musulmane, donc ce n'est pas le statut de descendant d'immigré qui est à mon sens le principale facteur. Par ailleurs, on voit bien dans la construction du monde musulman que les croyants des premiers siècles ont su immigré et revoir la nature de leur sentiment patriotique dans l'intérêt de la civilisation de la Foi et dans le respect de leur mission devant Dieu.
 
5) J'ai moi-même trouvé en Syrie, et tout comme toi au Maroc, l'inspiration d'investir un projet tourné vers l'avenir de la France, et pourtant je ne suis pas Marocain, et comme tu le sais, descendant moi aussi d'immigrés de différents pays. Je ne suis donc pas complètement sur que cette inspiration que tu trouves toi aussi soit plus d'origine familiale que résultant d'une baraka particulière que Dieu est en train de manifester pour l'avenir.
 
6) Le fait de ne pas se reconnaître dans le mode de vie d'une population ne remet pas en cause la notion de patriotisme, et je devine là un amalgame récurent dans la société, de même nature que l'amalgame entre patriotisme et la notion fallacieuse de "citoyenneté". D'ailleurs, crois-tu que les premiers musulmans qui se sont installé au Maghreb se reconnaissaient dans les polythéismes et dans les religions tribales qui existaient à l'époque dans ces régions ? Pourtant ils ont contribué à la construction d'une patrie fière et patriote. Le patriotisme religieux se rapporte à la civilisation de la Foi et pas à une question de biologie parentale, c'est une différence majeure entre le Judaïsme et l'Islam par exemple. Cela n'empêche pas néanmoins de trouver des inspirations ailleurs. Par exemple, Eckhart, d'origine disons germanique, à trouver une inspiration en France sans pour autant renier sa culture et sa langue, lorsqu'il est rentré au pays.
 
7) Nous considérons, justement, que la disparition du sentiment patriotique des cœurs est un marqueur important de la fin des temps et un élément précurseur de la disparition de la Foi. Soyons bien clairs, nous parlons du patriotisme Traditionnel, porté par la civilisation de la Foi, pas du patriotisme tribal ...
 
8) La souffrance des immigrés n'est bien entendu pas à ignorer mais cela n'est pas le propos. Je suis mois aussi descendants d'immigrés qui ont beaucoup souffert de leur parcours de vie et qui ont eux aussi été contraint à l'immigration. Pour autant, l'Islam est une religion tournée vers l'avenir. Là encore soyons clairs : le problème, comme on dit, ce n'est pas l'immigré, mais un système d'immigration de masse structuré au service de la finance internationale et du grand capital. Là encore il faut éviter les amalgames et rester lucide sur e sujet.
 
9) Nous avons posté sur ce site un article sur le patriotisme et d'autres qui viendront le compléter, dans une série à venir in sha Allâh autour de la "théologie de la nation".
 
10) De manière générale, nous disons à ceux qui malgré tout tournent le dos à leur devoir de construire la civilisation de la Foi de ne pas saboter le travail de ceux qui essaient de structurer un enracinement de l'Islam en France, serein et apaisé, tout en développant les nouveaux sujets théologiques de notre temps.
 
Désolé pour l'orthographe un peu imprécise, j'ai répondu à la va vite avant la rupture du jeune.
 
@bientôt mon cher frère
 
Salam !

de Al Machichi Lundi 30 juin 2014 à 12h16


Pour ton point 1 j'ai suivi jusqu'à l'heure actuelle cette position de la majorité je trouve qu'elle est sage et juste, mais avec les événements qui se produisent depuis quelques années je me pose comme tu le dit sur la question de cette organisation, et comment trouver une alternative, par exemple cette année pour le ramadan il y avait une association OLMF ou OMLF qui proposait quelque chose d'interessant, si malheureusement il n y a rien de probant de ce côté je réflechis avec recul et précaution sur quels solutions mettre en place en suivant en ultime recours un avis juridique valable qui ne s'éloigne pas de l'avis de plusieurs savants sunnites fiables et connus qui font autorité c'est une idée qui germe et qui suit son cours sans pour autant être arrêtée, cette idée et ce cheminement datent de plusieurs années et peut se prolonger pendant des années encore et je ne prendrais aucune décisions à la légère. Car dans mon raisonnement et dans ma démarche je prend bien évidemment en compte la cohésion mais celle ci justement s'effrite, tu as d'un côté la communauté turque qui jeune en suivant son pays d'origine, tu as le CFCM l'UOIF et d'autres organisations des frères musulmans qui sont en train de se laminer et chose qu'on ne voyait pas il y a une dizaine d'année au sein de ces mêmes mosquées les dissenssions se font de plus en plus fortes et les orants ne jeûnent plus et ne fêtent plus le aid le même jour, tu as certaines branches qui jeunent en suivant l'arabie saoudite, d'autre le maroc ou l'algérieetc etc. L'unité justement concernant ce point s'effrite petit à petit au fil des années, voilà pourquoi une reflexion doit être menée. Mais je souligne bien évidemment que l'avis sur ce site est le plus sage et le plus juste je le répète je n'ai fait que soulever des nouvelles questions qui apparaîssent, qui dit nouvelles questions implique nouveaux enjeux, nouveaux objectifs et nouveau raisonnement à mener afin de trouver des solutions et des alternatives.
Je ne conteste pas ce fait, car le sentiment patriotique donne et impulse un dynamisme et une fertilité intellectuelle afin d'avoir une belle patrie un cadre de vie harmonieux sain et sur, et afin d'être parmi les meilleures nations au monde, si on dirige ces pensées ces idéaux d'une manière saine en respectant la Tradition de l'Humanité l'harmonie instauré par Dieu et les valeurs qui vont avec on ne peut qu'arriver qu'a une civilisation glorieuse je pourrai développer encore des pages et des pages pour justement aller dans ton sens, mais ma remarque portait plus sur le fait qu'ici en france rien n'a vraiment été fait pour avoir ce sentiment de patriotisme et j'ai aussi voulu attirer l'attention sur le fait que beaucoup de maghrébins n'avaient pas cette attache cette flamme... c'était un constat. Pour aller dans ton sens et peut être que cela va servir de piste justement pour approfondir le sujet j'ai trouvé sur un forum des ahadiths assez intéressants sur le patriotisme
Hadith rapporté par Tirmidhi
ما أطيبَك من بلدٍ! وما أحبَّك إليَّ! ولولا أن قومي أخرجوني منك، ما سكنتُ غيرَك
Il n y a pas de pays plus agréable et aimé à mes yeux que toi ! Si mon peuple ne m'avait pas chassé je n'aurais pas habité un autre lieu.
Hadith rapporté par Ibn Majah et Ahmad
وعن عبَّاد بن كثير الشامي، عن امرأةٍ منهم يقال لها: فسيلة، قالت سمعت أبي يقول: سألت النبي - صلى الله عليه وسلم - فقلت: يا رسول الله، أمِنَ العصبيةِ أن يحب الرجلُ قومَه؟ قال: ((لا، ولكن من العصبية أن يُعِينَ الرجلُ قومَه على الظلم))؛ رواه أحمد وابن ماجه.
Selon 'Oubad Bin Kathir Châmi d'après une femme qu'on appelle Qousila elle a dit j'ai entendu mon père dire j'ai interrogé le prophète que les prières et les bénédictions soient en lui demandant est ce que cela fait parti du tribalisme un homme qui aime son peuple ? Le prophète répondit en disant, non le tribalisme c'est un homme qui approuve et aide son peuple dans l'injustice.


قال الحافظ الذهبي - وهو من العلماء المدقِّقين - مُعَدِّدًا طائفةً من محبوبات رسول الله - صلى الله عليه وسلم -: "وكان يحبُّ عائشةَ، ويحبُّ أَبَاهَا، ويحبُّ أسامةَ، ويحب سبطَيْه، ويحب الحلواء والعسل، ويحب جبل أُحُدٍ، ويحب وطنه"


Ad Dhahabi qui fait parti des grands savants a dit : Le prophète que la paix et les bénédictions soient sur lui aimait plusieurs choses : Il aimait Aicha, et son père, il aimait oussama et ses petits fils, il aimait les surcreries les douceurs et le miel, il aimat la montagne d'Ouhoud et il aimait sa patrie
Il est rapporté aussi que les arabes quand ils quittaient leur patrie amenaient un peu de leur terre pour la sentir.
Pour ton point quatre,Oui l'exemple que tu donnes voilà ce que je reproche à la France ils n'ont jamais fait en sorte de donner ce sentiment patriotique même au français, pour les états unis, ce sentiment de fort patriotisme d'amour de la nation en dépit des différentes origines vient de l'histoire même de ce pays, et est inculqué dès la tendre enfance; c'est un pays assez jeune avec beaucoup d'immigrés irlandais et wasps comme on les appelle, ils ont émigré dans des conditions assez rudes et avaient besoin de ce sentiment de cohésion, chez les noirs américains on a constaté un fort clivage entre eux et les blancs mais étonamment il y avait toujours cette fibre patriote par contre avec les mexicains on ne la sent pas autant,je vais encore faire court bien que développer ceci me tente, il se sentaient rejetté mais adhéraient aux valeurs instaurées, les principes fondateurs étaint des valeurs auxquels toutes personnes peut se référer car ce sont des valeurs qui sont nés justement dans l'adversité et pouvaient convenir aux blancs aux noirs aux indients.... à tout être humain quoi, mais en france c'est différents, il n y a pas de valeurs à ce point mobilisatrices.
Concernant le point six alors là je pense que l'article à venir sera très important car ce patriotisme dont tu parles sur ce point je vois ou tu veux en venir et je pense que tu devrais bien développer le sujet je te laisse le soin de le faire, pour faire court le patriotisme que tu évoques c'est en réalité une notion plus humaniste et moins tribale, il s'agit d'oeuvrer dans l'amour de Dieu et de ses créatures au sein d'un territoire d'une zone, afin de contribuer à son épanouissement social sociétal, économique et religieux.
Pour ton point 7 Alors là oui c'est complètement différent, alors si tu parles du patriotisme traditionnel oui là ce sentiment je l'ai mais il est plus transcendant que le patriotisme tribal, un exemple concret : je me sens plus proche et plus fraternel avec un français musulman ou un français ayant mes valeurs même s'il est chrétien qu'un marocain ou un maghrébin qui n'a aucune valeur ou qui est complètement soumis au capitalisme et au consumérisme dénué de toute spiritualité
Oui je suis d'accord c'est le système d'immigration de masse, mais à un moment donné lors du plein emploi français cette immigration de masse a été nécessaire, pour servir la finance internationale et du grand capital, et donc cette structure à complètement annihilé le côté humain, l'acceuil et l'intégration. Ceci agrémenté par une analaphabétisation et un manque de réels repères intellectuels et une pensée assez limitée des immigrés, car il faut bien le dire ce n'est pas l'élite qui venait en france. Mais ici aussi je pourrais développer sur des pages et des pages dans un contexte de décolonisation et avec des plaies ouvertes. Cette maladie a germée et s'est transmise de génération en génération. A savoir aussi que l'immigration le patriotisme et l'intégration sont différents selon les pays, selon les éthnies immigrés et selon leur religion aussi et donc là aussi il faut rentrer dans un long travail qui n'a jamais vraiment été fait correctement à mes yeux, c'est un travail pleins de nuance et qui ne peut être vu d'une manière binéaire ou traité d'une manière linéaire, un vrai travail de sociologie divine doit être fait aussi.
Pour ton pont 10 j'ajouterai que le musulman doit à le devoir de s'investir dans le millieu dans lequel il vit et doit être au service du peuple qui l'a accueilli.
Je reconseille encore le livre d'amine Maalouf Identité meurtrières qui est un formidable essai sur l'identié personnelle
J'espère que mes quelques remarques et mes quelques opinions auront amenés à des interrogations et donné envie d'explorer certains champs d'études. Je m'excuse de ne pouvoir trop développer car vraiment cela me prendrait du temps pour bien exposé et étayer toutes mes idées et avec mon travail actuel je ne peux pas me permettre de trop me disperser. Mes vraiments les idées les pensées et les reflexions m'assaillent cependant je me dois de les contenir ¨^^¨


Au plaisir de lire vos articles et d'écouter vos vidéos !!


de Rémy Savin Lundi 30 juin 2014 à 23h30
Merci de tes remarques mon cher frère, qui sont autour d'un ensemble de sujet qu'effectivement nous investissons avec beaucoup d'intérêt.
 
Le vrai problème c'est que justement certains mots sont entrés dans les consciences et son pourtant utilisés de manière malsaines et à contrecourant des réalités, tant terrestres que spirituelles. Je pense par exemple à ces "notions" de citoyenneté, d'intégration, etc...
 
Tu sembles donc avoir quelques réflexions sur ce sujet, et c'est intéressant de voir que malgré tout ce thème du sentiment national reste présent chez nombre de camarades, malheureusement ce n'est bien souvent pas pour des raisons spirituelles et religieuses, comme cela devrait l'être, mais à cause d'un contexte social et sociétal qui oblige à cette réflexion.
 
Tu as rapporté quelques hadiths intéressant et si tu fouille un peu tu en trouveras plusieurs dizaines, et aussi le même genre de chose chez les compagnons du Prophète, paix et prière sur lui, et chez les gens de la Sagesse. Le vrai problème c'est que vouloir investir le fait patriotique en dehors du fait théologique selon nous c’est pour une erreur, en tout cas pour ceux qui souhaitent rester dans les sentiers Traditionnels. C'est pour cela que nous sommes en train de structurer une théologie de la nation afin de mettre en relief les dimensions ce sujet, qui vont bien au-delà de la simple question patriotique.
 
Egalement, le terme de sociologie "divine" est très juste car une des grosses erreurs de ces dernières décennies fut de croire que les sciences universitaires moderne sont à même de trouver réponse à ce genre de problème, alors même qu'elles en sont incapable tant sur le fond que sur la forme de ce qu'est l'outil universitaire et sa fonction réelle dans notre monde moderne. Nous préférons parler, donc, de la dimension collective de l'existence, plutôt que d'une question dite "sociologiqueé" car cette formule renvoie de facto à un mode d'analyse et de traitement de l'information anti-traditionnel.
 
D'un point de vue coranique, la notion patriotique n'exclue pas le fait que la nation soit un composé à plusieurs facette. En ce sens, et d'un point de vue terrestre uniquement, les Etas Unis sont un bon exemple, car même pour ceux qui n'ont pas grandi là-bas et qui sont fraichement naturalisés, le sentiment patriotique est très faire, ceci, parce que le socle commun de la nation américaine le permet. Bien sûr, on ne parle que de la dimension terrestre.
 
Concernant l'immigration, il faut bien se rappeler d'une chose. Elle n'a jamais été une nécessité pour la France, mais pour la finance internationale et le grand capital qui ont pu faire pression pour tirer les salaires vers le bas et baisser le coût de la productivité. Comme nous avons commencé à l'expliquer dans un article sur le patriotisme, l'immigration a une fonction dans le fait Traditionnel, mais certainement pas lorsqu'elle est soumise sans fin au système financier. Je pense par ailleurs que la question de la décolonisation est illusoire bien qu'elle soit le reflet d'une réalité sociologique, mais c'est un trompe l'œil mis en avant pas l'antiracisme institutionnel pour cacher les vrais enjeux.
 
Cependant mon frère je souhaite revenir sur un point important qui à mon sens là aussi souligne un amalgame entretenu par le système que nous subissons. Lorsque tu dis " voilà ce que je reproche à la France ils n'ont jamais fait en sorte de donner ce sentiment patriotique même au français", cela laisse sous-entendre que la France en tant qu'héritage est responsable de cette situation, alors que ce que tu évoques est le fait de la franc-maçonnerie, de l'idéologie des lumières (18ième) et de l'idéologie libérale-libertaire (cf Clouscard). Et ceci n'est pas le fait de la France ou des Français, mais plutôt, tous les Français en souffrent et en sont victimes, le plus souvent sans le savoir. Je te renvois aussi à Mgr Henri Delassus qui a bien ciblé cette question-là 50 ans avant tout le monde. Par ailleurs, et puisque justement nous restons strictement dans la vision Traditionnelle des choses, nous ne faisons pas de différence entre Français de filiation ou d'adoption, mais nous renvoyons à la définition de l'appartenance nationale à la responsabilité Adamite qui oblige les Hommes à enraciner en permanence leur manière d'investir le monde.
 
Puisque tu sembles avoir quelques idées nous ne pouvons que t'encourager à les mettre en ligne et à les communiquer autour de toi. Plus ces sujets seront abordés dans la dimension adéquate, plus il y aura de chance de voir de nouvelles manière de penser émerger et prendre la relève.
 
De manière plus générale, je pense que l'idéologie dominante a formaté notre manière de concevoir, d'investir, et de réfléchir.
 
Au plaisir, également, de te relire mon cher frère.

de Al Machichi Mardi 01 juillet 2014 à 13h34
Rien à dire si ce n'est que tu as apporté encore un peu plus de précisions et d'éclaircissement pour un éventuel lecteur
 
Je tiens à faire une remarque pour nos lecteurs il faut bien souligner que j'ai fait une très grossière erreur quand j'ai dit ce que je reproche à la France c'est de ne pas avoir inculqué le sens du patriotisme, en effet la France a subit un travail de sape depuis des siècles car elle représente un enjeu pour des gens malintentionnés. C'est pour cela que le site et les enseignements dispensés viennent à point nommé.